CHARBAUX Paul, Charles

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 25 décembre 1905 à Congy (Marne), mort au combat le 28 août 1944 à Champaubert (Marne) ; vigneron ; résistant ; CDLR ; FFI ; FFC au titre du réseau Action D.

Paul Charbaux
Paul Charbaux
SOURCE 
Pierre Servagnat,
La Résistance et les FFI dans l’arrondissement d’Épernay

Paul Charbaux était le fils de Charles Ambroise Charbaux, vigneron, et de Juliette Hélène Dlachasse, couturière, décédée. Il avait épousé Colette Caroline Juliette Maria Dahout le 27 février 1933 à Reims (Marne). Le couple était domicilié à Congy (Marne), où Paul Charbaux exerçait la profession de vigneron.

Il hébergea des réfractaires au Service du travail obligatoire (STO) et leur fournit des faux papiers. À partir de mars 1943, il se mit au service du Bureau des opérations aériennes (BOA) de la France libre et participa à la réception de parachutages d’armes, d’hommes et de matériel. Il était avec son frère Raymond Charbaux responsable des terrains de parachutage Saint-Simon à Champaubert et Rimbaud à Congy.
Le 24 mars 1944, Paul Charbaux échappa à la Gestapo, mais son frère fut arrêté et déporté le 18 juin 1944 à Dachau (libéré au Kommando d’Allach le 30 avril 1945, rentré en France le 15 mai 1945).
Paul Charbaux prit alors la tête du groupe CDLR-FFI (Ceux de la Résistance-Forces françaises de l’intérieur) de Congy qui opéra des sabotages sur la ligne Paris-Strasbourg, et il installa un petit maquis près de la Ferme du Buisson au sud-ouest du bourg de Congy.
Il participa au cours de l’été 1944 à plusieurs opérations dans la Marne, en particulier fin juillet à l’attaque avec les groupes de Sézanne et de Fère-Champenoise d’un train d’essence en gare de Connantre, et le 27 août 1944 au sabotage de deux chars allemands Tigre sur la route nationale entre Étoges et Champaubert.

Dès le matin du 28 août 1944, sans attendre l’arrivée imminente des troupes américaines, le groupe FFI de Congy (Marne) tenta d’intercepter des soldats allemands à la sortie de Champaubert en direction d’Étoges (Marne).
Au cours de cet engagement, Paul Charbaux et Maurice Picques ont été tués.
Pierre Servagnat, chef des FFI de l’arrondissement d’Épernay, a relaté dans ses mémoires les circonstances de la mort de Paul Charbaux :

« Le jour de la libération, quelques minutes avant l’arrivée des Américains, il s’élance pour arrêter plusieurs Allemands que l’on vient de lui signaler. Ces derniers tirent, tout le monde se couche. Les rafales passées, Paul se lève et se dirige seul au-devant des Allemands, leur demandant de se rendre. Son imprudence lui est fatale. Il est touché d’une première balle et l’officier allemand qui commande s’approche de lui et l’achève d’une seconde balle dans la tête ».

Les corps de Paul Charbaux et de Maurice Picques ont été ramenés à Congy où leurs décès ont été enregistrés. L’acte de décès numéro 6 dressé à l’état civil de Congy le 29 août 1944, déclare « Paul Charbaux décédé le 28 août 1944 à neuf heures à Congy ».

Paul Charbaux a été reconnu « Mort pour la France » en 1945. Il a été homologué FFI avec le grade de lieutenant et FFC au titre du réseau Action D. La Médaille de la Résistance lui a été attribuée par décret du 23 octobre 1945 publié le lendemain au JO.

Dans la Marne, le nom de Paul Charbaux est inscrit avec celui de Maurice Picques sur la stèle FFI érigée à Champaubert.
Il figure sur le monument aux morts de Congy et sur la liste des tués au combat du monument aux martyrs de la Résistance élevé à Épernay (Marne).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article227791, notice CHARBAUX Paul, Charles par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 16 mai 2020, dernière modification le 21 mai 2020.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Paul Charbaux
Paul Charbaux
SOURCE 
Pierre Servagnat,
La Résistance et les FFI dans l’arrondissement d’Épernay
Sur la stèle FFI de Champaubert
Sur la stèle FFI de Champaubert
Sur le monument aux morts de Congy
Sur le monument aux morts de Congy
Sur le monument aux martyrs de la Résistance</br> d'Épernay
Sur le monument aux martyrs de la Résistance
d’Épernay
SOURCE : 
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 42 108. – SHD, Vincennes, GR 16 P 120280. – Arch. Dép Marne, M 4774, membres de la Résistance tués au combat ou fusillés après capture, liste dressée à la demande du ministère de l’Intérieur en octobre 1944. – L’Union (photo), 4 avril 1946. – Pierre Servagnat, La Résistance et les Forces françaises de l’intérieur dans l’arrondissement d’Épernay. Souvenirs du capitaine Servagnat. Ceux de la Résistance (photo), Presses de l’Imprimerie de Montligeon, 1946. – Jean-Pierre et Jocelyne Husson, La Résistance dans la Marne, dvd-rom, AERI-Département de la Fondation de la Résistance et CRDP de Champagne-Ardenne, Reims, 2013. – Mémorial GenWeb. – État civil, Congy (actes de naissance et de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément