DOLFI Darie [née CALISTI Darie, Marie]

Par Jacques Girault

Née le 9 octobre 1934 à Corscia (Corse) ; institutrice à Arcueil (Seine, Val-de-Marne), Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne) et Montrouge (Seine, Hauts-de-Seine) puis professeur à Vanves (Hauts-de-Seine) et Sceaux (Hauts-de-Seine) ; syndicaliste (SNES) et militante communiste des Hauts-de-Seine et du Val-de-Marne.

Fille d’un agent de police, Darie Calisti, élève de l’École normale d’institutrices de la Seine (Le Bourget), promotion 1950-1954, enseigna dans des écoles primaires d’Arcueil, d’Ivry puis de Montrouge. Adhérente du Syndicat national des instituteurs (SNI) en 1954, elle fut secrétaire adjointe de la sous-section d’Arcueil puis militante et animatrice de la tendance « Unité et Action », minoritaire, à la section locale du SNI de Montrouge durant toute sa période d’activité dans cette localité.

Darie Calisti adhéra au Parti communiste français en 1958 et devint secrétaire d’une cellule puis de la section communiste de Montrouge, commune alors très industrialisée. Elle participa au stage en direction des instituteurs communistes du 24 août au 5 septembre 1959 et suivit les cours de l’école centrale du PCF en juillet 1961. Elle entra au comité et au bureau de la fédération communiste Seine-Sud en 1962. Devenue Darie Dolfi après son mariage, réélue au bureau fédéral en 1964, elle fut d’abord responsable du travail du parti sur les questions laïques et de l’école au moment d’une activité conséquente du PCF dans ce secteur (travail avec les comités d’action laïque dans l’union de la gauche, publication de L’École et la Nation, élaboration d’un projet du PCF pour l’école qui s’efforçait d’obtenir la participation de tous les enseignants et des militants communistes et non-communistes de ces secteurs). Elle fut ensuite chargée du travail du parti en direction des femmes. On lui proposa de devenir permanente « pour renforcer le travail en direction des ouvrières ». Au bout de trois mois, réélue seulement au comité fédéral en 1965, non réélue en 1966, à sa demande, elle réintégra l’enseignement tout en conservant cette même responsabilité. Quand la réorganisation des fédérations communistes de la région parisienne s’imposa en raison de la nouvelle configuration administrative, Montrouge fit partie du département des Hauts-de-Seine. Elle changea de fédération. Elle ne fut élue au comité fédéral des Hauts-de-Seine qu’en 1970 et y resta peu de temps.

Durant cette période, devenue professeur d’enseignement général des collèges et toujours membre du secrétariat de la section communiste de Montrouge, Darie Dolfi fut candidate aux élections municipales de Montrouge en 1965 et conduisit la liste d’union aux élections municipales de 1971. Candidate au conseil général dans le canton de Montrouge, en 1967, elle arriva en troisième position avec 3 499 voix.

Darie Dolfi avait repris ses études. Après avoir obtenu une licence et un DEA de Philosophie, elle devint professeur de philosophie, en 1981, aux lycées Michelet à Vanves puis Marie Curie à Sceaux où elle prit sa retraite en 1990. Elle milita alors au Syndicat national des enseignements de second degré. Après sa retraite, elle fut secrétaire de sa cellule locale d’Ivry où elle habitait depuis le milieu des années 1970.

Elle se maria en février 1962 à Arcueil avec le militant communiste Wladimir Dolfi, technicien. Le couple eut deux enfants.

De plus en plus réservée sur les orientations et pratiques de la direction du PCF : « gestion du programme commun sans créer de dynamique de soutien par un mouvement populaire, participation à un exécutif gouvernemental, faiblesse de l’analyse de l’échec de l’URSS, (stalinisme autant que brejnevisme passé sous silence... », elle quitta le PCF à la suite du 28e congrès où « après une lente dérive de fait, fut irrémédiablement abandonnée la référence à la pensée critique de Marx. Ce qui fermait la porte à tout espoir de ressourcement permettant une analyse rigoureuse de la société et du travail d’aujourd’hui ainsi qu’à l’élaboration d’une politique de propositions vraiment novatrice et offensive. »

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article22796, notice DOLFI Darie [née CALISTI Darie, Marie] par Jacques Girault, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 9 août 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Renseignements fournis par l’intéressée.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément