MAUDET Jean [MAUDET Jean-Baptiste, Henri, Marie, dit ]

Par Louis Thareaut, Jean-Paul Clénet

Né le 14 novembre 1920 à Mazières-en-Mauges (Maine-et-Loire), mort le 5 décembre 2016 à Cholet (Maine-et-Loire) ; ouvrier spécialisé ; militant JAC , syndicaliste CFTC puis CFDT, secrétaire syndical à l’entreprise Morellet-Guérineau à Cholet (1956-1972) ; membre du Bureau du syndicat de la métallurgie choletaise (1956-1972), membre de l’Union des métaux de Maine-et-Loire , membre du Bureau de l’Union locale CFTC puis CFDT de Cholet (1959-1968).

Jean Maudet (sans date).
Cliché anonyme. Collection CFDT 49.

Fils de Marie-Léon Maudet, ouvrier agricole, et de Rose Merlet, lingère puis brodeuse à domicile, qui eurent cinq enfants. Jean Maudet fut scolarisé à l’école primaire catholique de Mazières-en-Mauges jusqu’à l’âge de douze ans. Il commença immédiatement à travailler, en 1932, comme ouvrier agricole, métier qu’il exerça jusqu’en 1945. Elevé dans une famille catholique pratiquante mais non engagée, Jean Maudet milita, dès 1938, à la Jeunesse agricole chrétienne (JAC). Cet engagement perdura pendant une grande partie de la guerre. Le 14 avril 1942, il se maria avec Gabrielle Chapry, ouvrière en confection. Ils eurent huit enfants.
En 1945, il vint travailler à Cholet, à la fabrique de chaussures Halgard où il se syndiqua à la CGT. En janvier 1947, il entra aux Etablissements Morellet-Guérineau, fabricant de jouets et de voitures d’enfants. Dès son arrivée, il fut contacté par la CGT, avec "trop d’empressement et de pression" raconta-t-il plus tard. Par réaction, il choisit la CFTC. Très vite, il devint collecteur des cotisations syndicales puis, en 1951, il fut élu délégué du personnel. En 1956, il devint secrétaire de la section syndicale. Il assuma parallèlement des responsabilités locales et départementales au syndicat de la Métallurgie choletaise et à l’Union des métaux de Maine-et-Loire.
Le rattachement de l’entreprise Morellet-Guérineau, fabricant de jouets et de voitures d’enfants, à une branche industrielle était ambigu, ce qui amena Jean Maudet à prendre contact avec les fédérations CFTC de la Métallurgie, du Textile, du Papier/Carton et même avec la fédération Bois et Bâtiment. La mise en place d’une convention collective nationale propre à l’activité du jouet et de la voiture d’enfant était au centre de ses préoccupations. Pendant deux ans, un jour par semaine, il "montait" à Paris et assurait la liaison avec les fédérations CFTC concernées. Cette revendication d’une convention collective nationale obligea les employeurs à se regrouper dans un syndicat professionnel patronal, leur permettant de signer le 13 juillet 1957 la première convention collective nationale pour les salariés de la profession. Jean Maudet, au nom de la CFTC, en fut le signataire.
Partisan de l’évolution et de l’ouverture de la CFTC, il vécut avec enthousiasme le Congrès extraordinaire de novembre 1964 qui adopta les changements de statuts et du sigle CFTC en CFDT.
En 1972, il quitta les établissements Morellet-Guérineau et entra comme magasinier à l’entreprise de confection Gaston Jaunet. Cette année-là, un peu après le Congrès d’Épinay, il adhéra au Parti Socialiste. Il fut admis à la retraite en 1980.
Jean eut toujours le souci de la lutte contre les injustices. Il était particulièrement attentif à la vulnérabilité des travailleurs issus du milieu agricole dont on exploitait les qualités dans les entreprises, au mépris de leurs conditions de travail et de salaire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article227992, notice MAUDET Jean [MAUDET Jean-Baptiste, Henri, Marie, dit ] par Louis Thareaut, Jean-Paul Clénet, version mise en ligne le 20 mai 2020, dernière modification le 20 mai 2020.

Par Louis Thareaut, Jean-Paul Clénet

Jean Maudet (sans date).
Cliché anonyme. Collection CFDT 49.
Jean Maudet (sans date).
Cliché anonyme. Collection CFDT 49.

SOURCES : Arch. de l’Union locale CFDT de Cholet. — Entretien de Jean-Paul Clénet avec Jean Maudet en 1998.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément