DOLLA Hélène [née ROUX Hélène, Élisabeth]

Par Jacques Girault

Née le 1er avril 1920 à Paris (VIIIe arr.), morte le 26 janvier 2021 à Cogolin (Var) ; institutrice ; militante syndicaliste du SNI ; militante communiste, conseillère municipale de Saint-Raphaël (Var).

Fille d’un maître d’hôtel et d’une femme de chambre, Hélène Roux passa sa jeunesse à Nice (Alpes-Maritimes) où ses parents travaillaient. Élève de l’école primaire supérieure de Nice, elle entra à l’École normale d’institutrices de Draguignan (Var) en 1939. Elle épousa en décembre 1942 à Montauroux (Var) Martial Dolla, (1939-1942), musicien (violon) comme elle. Le couple eut trois enfants.

Membre d’un groupe des jeunes antifascistes, elle adhéra au Parti communiste en décembre 1943 et participa à des actions de Résistance (notamment accueil.d’illégaux et diffusion de tracts). Institutrice à Montauroux (1942-1944), à Fréjus (1944-1945) puis à Saint-Raphaël, Hélène Dolla fut candidate au conseil syndical de la section départementale du Syndicat national des instituteurs en 1952 (« liste CGT »), en 1954 (liste « d’union et d’action présentée par les Cégétistes »), en 1956 (« Liste Brun pour un syndicalisme agissant »), en 1958, en 1960, en 1962, en 1964, en 1966, en 1968 (listes « pour l’unité, la démocratie et l’efficacité du syndicat »), en 1971 (liste « Unité et action »). Depuis 1949, elle fut chargée de la classe d’enseignement ménager au cours complémentaire de Saint-Raphaël, futur collège d’enseignement général. Elle installa la classe en 1967 dans les nouveaux locaux du collège d’enseignement secondaire Pin Bernard puis Alphonse Karr (1969). Pérennisée depuis 1957 comme professeur d’enseignement général, elle fut affectée en 1972 au lycée Saint-Exupéry où elle demeura jusqu’à sa retraite en 1977.

Hélène Dolla, militante, puis secrétaire de l’Union des femmes françaises depuis octobre 1944, membre du comité de la section communiste de Saint-Raphaël, élue aux élections municipales en octobre 1947, devint deuxième adjointe avec 12 voix sur 23 votants. Elle fut réélue au conseil municipal de Saint-Raphaël, le 16 avril 1953, en troisième position sur la « liste d’union ouvrière, résistante et démocratique pour la défense des intérêts communaux, dans la paix et l’indépendance nationale » qui obtint cinq élus avec 990 voix sur 5 413 inscrits. Secrétaire de la première séance du mandat, le 9 mai, elle ne fut pas candidate au poste d’adjointe. A nouveau candidate en troisième position, le 10 mars 1959 sur la liste d’« Union ouvrière et démocratique », qui n’eut pas d’élus. Elle obtenait personnellement 1 016 voix sur 7344 inscrits et 5 245 suffrages exprimés.

Son mari, Martial, Jean, Marie Dolla, né le 30 juin 1921 à Gonfaron (Var), fils d’un bûcheron, ancien normalien (1939-1942), enseigna comme instituteur à Tanneron (1942). Réfractaire au Service du travail obligatoire, il participa à la Résistance et termina la guerre dans les Forces françaises de l’Intérieur. Instituteur à Fréjus (1944-1945) puis au cours complémentaire de Saint-Raphaël, il fit pérennisé comme professeur d’enseignement général (sciences) en 1951. Il obtint une licence de physique (1953) et un diplôme d’études supérieures (1954). Reçu au CAPES, il fut installé comme professeur à Saint-Raphaël en 1956. Il créa le laboratoire de physique-chimie. Membre du SNES, il partit à la retraite en 1981. Il décéda le 20 mai 1999 à Fréjus (Var).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article22803, notice DOLLA Hélène [née ROUX Hélène, Élisabeth] par Jacques Girault, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 16 juin 2022.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Dép. Var, 1459 W 34, 35. — Arch. Com. Saint-Raphaël. — Archives de la fédération du Var du PCF. — Presse syndicale. — Sources orales.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément