LÉTANG Joseph, Louis

Par Louis Botella, Claude Pennetier, Jean-Jacques Doré

Né le 15 mai 1897 à Chécy (Loiret), mort le 19 janvier 1973 à Orléans (Loiret) ; mécanicien aux chemins de fer de l’État ; secrétaire du syndicat CGT des Cheminots d’Orléans en 1929 puis secrétaire du syndicat des cheminots du [Le] Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) en 1934 ; socialiste.

Fils d’un entrepreneur, Joseph Létang, mobilisé dans l’infanterie coloniale le 16 novembre 1916 fut blessé puis gazé en 1918. Décoré de la croix de guerre et de la médaille militaire, il fut rendu à la vie civile le 18 septembre 1919 et entra dès le 1er novembre comme chauffeur de route au dépôt d’Orléans des chemins de fer de l’État. Il se maria à Chécy le 27 septembre 1920 avec Madeleine Houdré et le couple s’installa à Fleury-les-Aubrais près d’Orléans.

Secrétaire adjoint du syndicat confédéré (CGT) des Cheminots d’Orléans en 1926 et 1927, il prit la direction de l’organisation en 1929 et siégea à la commission exécutive de l’Union départementale du Loiret en 1930 et 1931. Militant socialiste, il collaborait au journal l’Avenir syndical du Centre et écrivit dans l’Aurore du Centre d’octobre 1931 une tribune libre en faveur de l’unité syndicale. Cette aspiration devint réalité dès janvier 1932 lorsqu’il fut l’un des principaux artisans de la fusion des syndicats unitaire (CGTU) et confédéré des Cheminots d’Orléans au sein de la CGT.

Le 5 février 1932, il fut muté au Havre et déménagea 8 rue des Réservoirs à Graville-Sainte-Honorine. Il rejoignit logiquement le syndicat CGT local. Reconnu par ses pairs pour son expérience et son dynamisme, Joseph Létang succéda à Pierre Évin à la tête des Cheminots du Havre lors de l’assemblée générale du 7 novembre 1934. Il était assisté d’Évin qui prit le poste de secrétaire adjoint et de Gaston Vaysse, trésorier.

En septembre de l’année suivante, il fut signalé comme étant membre du bureau de la section technique nationale des mécaniciens et des chauffeurs au sein de la Fédération CGT des cheminots.

Après la fusion avec les unitaires (CGTU) en décembre 1935, Létang fut secrétaire adjoint du nouveau syndicat confédéré des Cheminots du Havre dirigé par Louis Parmentier de 1936 à 1939.

Les séquelles de ses blessures de guerre l’obligèrent à prendre sa retraite en 1940 et il quitta Le Havre-Graville pour Orléans.

Après la Seconde Guerre mondiale, il s’intéressa essentiellement aux problèmes de l’enseignement professionnel et fut vice-président du conseil d’administration du centre d’apprentissage Jean Mermoz.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article228031, notice LÉTANG Joseph, Louis par Louis Botella, Claude Pennetier, Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 1er mars 2021, dernière modification le 4 mai 2021.

Par Louis Botella, Claude Pennetier, Jean-Jacques Doré

SOURCES : Arch. Dép. Seine-Maritime 1 MP 535 Manifestations syndicales et politiques. — Direction des affaires sociales de la préfecture de Seine-Maritime, dossiers non versés aux archives. — l’Avenir syndical du Centre, 1929-1931. — La Tribune des cheminots, organe de la Fédération nationale [CGT] des travailleurs des chemins de fer, 1er janvier 1926, 1er avril 1926, 15 mars 1929, 15 novembre 1934, 15 septembre 1935 (Institut d’histoire sociale de la Fédération CGT des cheminots). — l’Aurore du Centre 1931-1932. — La République du Centre 7 août 1956 et 25 janvier 1973. — Notes de François Marlin — Arch. Dép. Loiret État civil, Registre matricule militaire.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément