BIGOT Honoré, Louis-Auguste [Dictionnaire des anarchistes]

Par Rolf Dupuy, Dominique Petit

Né le 18 avril 1856 à Sainte-Maure (Indre et Loire) ; mort le 24 février 1932 à Paris (VIe arr.) ; bourrelier ; anarchiste naturien à Paris.

Le 23 avril 1883, Honoré Bigot qui était bourrelier à Marcilly-sur-Vienne (Indre et Loire) se maria à Abilly (Indre et Loire) avec Marie, Louise, Virginie Ribrault.
Le 17 septembre 1895, lors de la séance du groupe des Naturiens qui se réunissait 69 rue Blanche, Bariol inscrivait Honoré Bigot, demeurant 14 rue des Ecouffes, au banquet du groupe qui se déroulait le 28 septembre 1895. Bigot fit ensuite inscrire sa femme. Au cours du banquet Bariol remercia Bigot pour le grand nombre d’adhérents qu’il avait amené au groupe.
A partir d’octobre 1895, Honoré Bigot écrivit des articles dans La Nouvelle humanité (1895-1898) dont le gérant était Gustave Mayence.
Le 7 octobre 1895, il assistait au banquet Naturien au Café des artistes, 11 rue Lepic.
Dans la première quinzaine d’octobre 1895, Bigot et Alfred Marné créaient un nouveau groupe Les Naturiens de la Bastille.
Le 22 octobre 1895, lors de la réunion des Naturiens, 69 rue Blanche, Marné et Bigot affirmèrent que les hommes de science étaient inutiles et faisaient des expériences sur les patients pour les faire souffrir davantage, disant que les « sauvages » du Sahara se passaient bien de médecins.
Le 26 octobre 1895, à la réunion des naturiens, Bigot s’éleva contre les médecins et les pharmaciens qui au lieu de guérir les malades les « achèvent » : « Voyez les peuples sauvages, ils n’ont ni médecins, ni pharmaciens et ne se portent pas plus mal. »
Le 17 novembre 1895, ils adressèrent un courrier à Louise Michel, pour l’inviter à la réunion des Naturiens de la Bastille, le jeudi 21 novembre, salle Maurice 183 rue Saint-Antoine où ils se réunissaient tous les jeudis.
Le 28 novembre 1895, les Naturiens de la Bastille (Bigot, Marné, Gravelle) se retrouvaient à leur local.
Le 19 novembre 1895, Marné et Bigot, à la réunion des Naturiens, préconisaient le retour à l’état naturel mais en gardant les meilleures choses crées par la civilisation et souhaitaient que cet état naturel ne ressemble pas à la vie des hommes de l’âge de pierre. Ils annonçaient qu’un groupe dont le siège était situé 56 boulevard Saint-Michel venait d’être fondé par Mathilde Trémulot, élève sage-femme.
Le 3 mars 1896 à la réunion des Naturiens, Beaulieu faisait savoir que les membres des Naturiens de la Bastille dont Bigot, Marné, Pinet et Mayence n’étaient pas venus car ils ne voulaient plus fréquenter Bariol qui leur semblait suspect.
Dans la Nouvelle humanité n°8 et 9 de mars-avril 1896, Honoré Bigot fit paraître un article intitulé « Opposition aux civilisateurs ».
Au mois d’avril 1896, des dissensions existaient entre les groupes Naturiens de la rue Blanche et celui de la Bastille, Bigot n’acceptant pas l’autoritarisme de Beaulieu et de son « fidèle » Zisly. Mais grâce à l’intercession de Marné les deux groupes avaient repris leurs relations.
Le 20 mars 1897, lors d’une conférence publique des Naturiens, 36 rue Turbigo, l’assistance se composait de 25 personnes. Bigot exposa que le but des Naturiens était de faire comprendre l’état de torpeur dans lequel se trouvait la société actuellement et qu’elle devait revenir à l’état naturel.
Le 30 mars 1897, selon un rapport de police, Marné tenta de supplanter Bigot qui se trouvait en situation délicate, à la suite d’emprunts à la limite de l’escroquerie.
Au mois de juillet 1897, il n’y aurait plus de groupe Naturien qui fonctionnerait. Bigot disant que c’était l’été et qu’il se remettrait à l’œuvre à l’automne.
En octobre 1897, Bigot souffrait de douleurs rhumatismales qui le rendaient irritable et le mettaient dans de vives colères. Il voulait aller faire du tapage au pavillon « Sans dieu » de Louis Martin, 96 rue Lepic, qui prenait de l’ascendant sur une partie des Naturiens.
Il reconstituait au même moment le groupe des Naturiens de la Bastille.
Le 18 novembre 1897, la brouille était complète entre le groupe l’Etat naturel de Louis Martin et les Naturiens de la Bastille. Beaulieu et Zisly étaient allé voir Bigot et Marné pour essayer d’apaiser certaines rumeur, leur demander pourquoi ils n’étaient pas venus à la réunion de Louis Martin. Bigot était entré dans une vive colère disant que Louis Martin dénaturait l’idée naturienne, que sa modération le rattachait à idée bourgeoise et que les anarchistes avaient tout à perdre à fréquenter l’Etat naturel. Il déchira un article de l’Aurore du 8 novembre 1897, sur Louis Martin.
Le 1er mars 1898 parut le Naturien, journal crée par Bigot avec ses économies, pour démontrer que l’idée naturienne était purement anarchiste. L’administration du journal se trouvait au domicile de Bigot, 14 rue des Ecouffes. Le n°4 et dernier numéro, parut le 1er juin 1898.
En 1899, les Naturiens étaient « à moitié morts » selon un rapport de la 3e brigade de recherches, Bigot relançait le groupe au faubourg Saint-Antoine, Marné le secondait.
Le 3 avril 1899, l’indicateur Legrand évoquait des divisions dans le camp des anarchistes à propos de l’affaire Dreyfus, une partie voulait abandonner l’affaire et les manifestations avec d’autres forces politiques, pour revenir à un combat social plus classique, parmi ceux-ci « les sauvagistes, anarchistes communalistes, conduits par le sectaire Bigot et le bohème Marné. Bigot voudrait faire reparaître le journal Le Naturien et affirmer l’idée naturienne à sa façon. Il a répudié avec de grands cris tous ceux qui ne pensent pas absolument comme lui être malade et haineux, tels Beaulieu, Gravelle, Spirus-Gay, avec qui il a failli se disputer. Ils sont aussi sectaires l’un que l’autre. Bigot voudrait fonder une colonie anarchistes et il s’intéresse aux efforts du groupe communiste lyonnais qui veut tenter la colonie anarchiste en plein air dans la vallée du Rhône. » Ce projet de colonie était animé par Perrier, avec lequel il était en relations.
Au printemps 1899, il était avec Alfred Marné l’un des animateurs du groupe des Sauvagistes et voulait reprendre le titre Le Naturien.
Le 7 avril 1899, le même indicateur notait que c’était Bigot qui apportait ses maigres économies pour la fondation de l’Age d’or, journal sauvagiste. En fait le journal ne paraîtra qu’en février 1900 comme organe sauvagiste, avec comme responsables Alfred Marné et Isidore Navet et n’aura semble-t-il qu’un seul numéro (15 février 1900).
Le 22 janvier 1901, Legrand indiquait qu’Alfred Marné le cordonnier « bohème » s’était brouillé avec Bigot, « le sectaire naturien ».
Le 23 mai 1901, l’indicateur Legrand, signalait que Bigot, « le sauvagiste ne pouvait sentir Bariol » qu’il jugeait autoritaire.
Le 15 juin 1902, son fils Charles (né le 23 mai 1888 à Paris IVe arrondissement) apprenti sellier, était arrêté pour avoir posé ses pieds sur des briques et du sable qui se trouvaient rue de Moussé. Il fut détenu durant deux heures et fouillé, en attendant l’arrivée de son père. Honoré Bigot adressa une lettre de protestation au commissaire de police du quartier Saint-Gervais, rue du Trésor.
En 1908, il demeurait 10 rue des Jardiniers.
A la fin de sa vie il demeurait 11 rue de l’École de Médecine.
Son dossier à la Préfecture de police portait le n°158.025.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article228133, notice BIGOT Honoré, Louis-Auguste [Dictionnaire des anarchistes] par Rolf Dupuy, Dominique Petit, version mise en ligne le 16 juillet 2020, dernière modification le 28 juillet 2020.

Par Rolf Dupuy, Dominique Petit

SOURCES : Archives de la Préfecture de police Ba 308, 1498, 1508. — Thomas Coste, Le naturisme libertaire de la fin du XIXe siècle au début du XXe siècle (France, Royaume-Uni, Allemagne). Mémoire de master 2, Histoire, Université de Paris-Sorbonne, 2019.— Le Radical 5 décembre 1895. — Le Libertaire 28 juin 1902. — Répertoire des périodiques anarchistes de langue française : un siècle de presse anarchiste d’expression française, 1880-1983 par René Bianco. Aix-Marseille, 1987. — Naturiens, végétariens, végétaliens et crudivégétaliens dans le mouvement anarchiste (1895-1938) Invariance, supplément au n°9, juillet 1993. — Histoire du naturisme. Le mythe du retour à la nature par Arnaud Baubérot Presses universitaires de Rennes, octobre 2004. — Gravelle, Zisly et les anarchistes naturiens contre la civilisation industrielle par François Jarrige Le passager clandestin, 2e trimestre 2016. — Les anarchistes contre la république de Vivien Bouhey, Presses universitaires de Rennes p. 342, décembre 2008. — Le Naturien. Réimpression intégrale, A l’Ecart. — Archives Louise Michel papers, Collection International Institute of Social History (Amsterdam). — Archives de l’Indre-et-Loire. État civil. — Archives de Paris. État civil et Recrutement 3e bureau, Matricule : 638, classe 1909, Seine-et-Oise, D4R1 1523. —

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément