MARQUAT Georges [MARQUAT Jean, Georges, Maxime]

Par Jean Belin, Louis Botella

Né le 15 janvier 1900 à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), mort le 20 juillet 1999 à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) ; employé de bureau dans la métallurgie, puis dans la Fonction publique ; syndicaliste CGT de Côte-d’Or

Fils d’Isidore Marquat, maçon, et de Marie Louise Bordet, les parents de Georges Marquat vinrent habiter Dijon après sa naissance. Après la fin de sa scolarité, il fut embauché comme employé de bureau à l’usine métallurgique Terrot à Dijon jusqu’à la Libération. Ce fut dans cet établissement qu’il s’engagea à la CGT. Après la guerre, il travailla comme employé de bureau au ministère de la reconstruction à Dijon. Georges Marquat fut secrétaire général du syndicat CGT du personnel du ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme, section départementale de la Côte-d’Or le 25 mai 1945, le trésorier étant Gaston Boulay*. Le syndicat compta 26 adhérents. Raymond Rouette lui succéda en février 1948 et Georges Marquat devint secrétaire adjoint. L’assemblée générale du syndicat qui se tint après la scission de décembre 1947, avait voté majoritairement pour rester à la CGT. Il se maria le 19 janvier 1929 à Mervans (Saône-et-Loire) avec Gabrielle Juliette Cretin avec laquelle il eut deux enfants. Domicilié au 23 rue A. Bertrand à Dijon en 1945. Retraité en 1965, il quitta Dijon pour résider à Aix-en Provence.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article228226, notice MARQUAT Georges [MARQUAT Jean, Georges, Maxime] par Jean Belin, Louis Botella, version mise en ligne le 26 mai 2020, dernière modification le 26 mai 2020.

Par Jean Belin, Louis Botella

SOURCES : Arch. Municipales de Dijon, sous-série 7F. — Arch. Départementales de Saône-et-Loire, état civil. — Arch. Départementales de la Côte-d’Or, état civil, recensement de la population, fiche de recrutement militaire. — Geneanet, état civil. — Arch. IHS CGT 21, fonds de l’UD.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément