BRUNETEAUX René [BRUNETEAUX Louis René]

Par Marie-Cécile Bouju

Né le 13 octobre 1882 à Margival (Aisne), mort l e29 avril 1965 à Soissons (Aisne), typographe puis maître imprimeur, directeur de journaux, radical-socialiste, résistant.

Fils de Jules Bruneteaux, valet de chambre, et de Beatrix Magny, René Bruneteaux devint typographe.
De 1903 à 1906, Bruneteaux s’engagea dans l’armée. Réserviste, il fut mobilisé le 12 août 1914, mais, pour des raisons médicales, il fut affecté dans les services auxiliaires pendant toute la guerre.
Démobilisé en 1919, Bruneteaux s’installa à Laon (Aisne) en 1920. En 1923, il se mit à son compte, son entreprise se dénommant « Imprimerie R. Bruneteaux », sise 10 rue Saint-Martin. Signe d’une grande ambition, il racheta quatre titres de la presse locale : le Démocrate soissonnais (1898-1940), La Dépêche de l’Aisne (1920-1967), les Tablettes de Saint-Quentin (1922-1935, titre racheté en 1926) et le Progrès de l’Aisne (1925- ?), titres radicaux-socialistes. Il était ainsi propriétaire de deux autres imprimeries dans la région : 6 rue des Toiles à Saint-Quentin et rue de la Bannière à Soissons.
Bruneteaux était franc-maçon et radical-socialiste. En 1937, il a été fait chevalier de la légion d’honneur.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, Bruneteaux, comme tous ses confrères, poursuivit son activité. Il travailla pour les Allemands et publia à partir de 1940 les Nouvelles de l’Aisne, journal d’annonces légales.
Avec son fils Jean, il s’engagea également dans la résistance. Ponctuellement il aida au passage de la ligne de démarcation. Le 23 août 1943, il fut arrêté pour avoir mis en vente un livre qui déplaisait à l’occupant. Surtout Il a aidé son Jean à imprimer l’Aisne libre pour le Front national de lutte pour la libération et l’indépendance de la France. Il a également fabriqué des faux papiers. Cet engagement lui valut de faire partie du comité local de libération.
Mais, à la Libération, l’imprimerie de Laon fut mise sous séquestre de 1944 à 1947 et René Bruneteaux, soupçonné de collaboration, rencontra des difficultés pour faire reparaître la Dépêche de l’Aisne.
Le 24 mars 1906, René Bruneteaux avait épousa Jeanne Jacquot à Soisson. Le couple eut au moins un fils, Jean.
La librairie Bruneteaux, héritière de l’imprimerie, est toujours en activité à Laon et propriété de la famille Bruneteaux.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article228358, notice BRUNETEAUX René [BRUNETEAUX Louis René] par Marie-Cécile Bouju, version mise en ligne le 28 mai 2020, dernière modification le 3 juillet 2020.

Par Marie-Cécile Bouju

SOURCES : Arch. Dép. Aisne 1E4/20 acte naiss. et 1 R2 0736 (n°605) registre matricule [en ligne]. – Arch. Nat 19771612/330/269, 19771419/55, F41 1333 et 68AJ340. - Base Léonore 19800035/631/73089 [en ligne]. - SHD GR 16 P 95209. – Paul Chauvet. La Résistance chez les fils de Gutenberg dans la Deuxième Guerre mondiale. Paris : à compte d’auteur, 1979, p. 372.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément