SAUVEUR Nicolas.

Par Jean Neuville

24 juillet 1865 – Huy, 1931. Ouvrier métallurgiste, militant socialiste, cofondateur et dirigeant de cercles d’études, de syndicats, de la coopérative Les Prolétaires hutois, conseiller communal socialiste de Huy, frère de Joseph Sauveur.

Orphelin de père à l’âge de cinq ans et demi, Nicolas Sauveur ne peut achever ses études primaires. Ouvrier métallurgiste, il devient actif au sein du mouvement ouvrier socialiste hutois à l’âge de dix-huit ans.
En 1887, il est un des fondateurs du cercle d’études sociales, créé à l’initiative de Michel Thonar, et installé chez Louis Leblanc dans le quartier Saint-Hilaire à Huy. La même année, avec son frère, Joseph, il fréquente le groupe socialiste qui se réunit à Huy au quartier du Tilleul.

Nicolas Sauveur fait partie, avec son frère Joseph, de la Ligue pour le suffrage universel, fondé, avec le concours de libéraux progressistes, à la fin de 1888 à Huy. C’est un des protagonistes du Cercle démocratique des soirées populaires, constitué en 1892 par des socialistes et des libéraux progressistes.

Sur le plan politique, le 19 janvier 1899, Nicolas Sauveur devient secrétaire adjoint de la Fédération hutoise du Parti ouvrier belge (POB), fondé en 1894. Il se présente aux élections communales d’octobre 1899 mais n’est pas élu. Il sera conseiller communal de Huy à une période non précisée par les sources. Il est particulièrement actif lors des nombreuses campagnes de propagande organisées par la fédération, notamment en 1906, avec la collaboration d’un nouveau cercle Les Affranchis, créé sous son impulsion.

Nicolas Sauveur est secrétaire du syndicat, L’Union métallurgique, créé à Huy en 1895. Le 24 novembre 1901, il participe à la fondation d’une section autonome : l’Union métallurgique, section des Forges-Marchin (pr. Liège, arr. Huy). Il fait partie du comité du syndicat, issu de la fusion des deux précédents en 1904, lorsque le 16 juillet 1907, il est décidé de créer une fonderie coopérative (membre du comité) sous la même appellation que le syndicat. En décembre 1906, Sauveur est également un des fondateurs du Syndicat des métallurgistes à Amay (pr. Liège, arr. Huy) qui, en 1907, comprend essentiellement des ouvriers de la Vieille Montagne à Flône (aujourd’hui commune d’Amay).

Nicolas Sauveur s’investit également dans le mouvement coopératif. Le 2 février 1892, il participe à la fondation de la coopérative de consommation, Les Prolétaires hutois. Avec Jules Berlo, Nicolas Sauveur passe de nombreuses années au sein de cette coopérative. En 1902, il publie une brochure sur l’histoire de cette coopérative qu’il complètera en 1907. Lorsque L’Union coopérative de Liège absorbe Les Prolétaires hutois après la guerre, il est nommé gérant de la boulangerie, peu avant sa mort, il démissionnera de cette fonction.
En 1895, Nicolas Sauveur ouvre, avec Jules Berlo, Alexis Brabant et Victor Donjean, à Marchin, un atelier coopératif de fabrication et de moulages des pièves en fonte, Les Fondeurs hutois. En 1914, à la suite d’un conflit sur la question de l’affiliation au POB, cette coopérative devient une société anonyme.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article228538, notice SAUVEUR Nicolas. par Jean Neuville, version mise en ligne le 31 mai 2020, dernière modification le 30 octobre 2020.

Par Jean Neuville

SOURCES : DION R., Histoire du socialisme dans la région hutoise, Huy, 1930, p. 43, 61, 62, 91, 112 – SERWY V., La coopération en Belgique, t. IV : Dictionnaire biographique Bruxelles, 1952, p. 221 – MESSIAEN J.-J., MUSICK A., 1885-1985. Histoire des fédérations. Huy-Waremme, Bruxelles, 1985, p. 11, 15 (Mémoire ouvrière, 5).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément