THIBOUX ou THIBAUX Jules.

Par Jean Neuville

Né à Auvelais (aujourd’hui commune de Sambreville, pr. et arr. Namur), âgé de 30 ans en 1868. Ouvrier houilleur, impliqué dans une coalition à Arsimont et à Falisolle (aujourd’hui commune de Sambreville) en 1868.

Domicilié à Jemeppe-sur-Sambre (pr. et arr. Namur), Jules Thiboux selon le jugement du tribunal de première instance de Namur du 8 mai 1868 et certaines dépositions, ou Thibaux selon le procès-verbal de la gendarmerie de Namur, fait partie des ouvriers prévenus dans le cadre d’une grève qui débute le 9 avril 1868 au charbonnage d’Arsimont et s’étend aux charbonnages de Falisolle et Saint-Roch (aujourd’hui commune de Sambreville). Ce mouvement revendique une demande d’augmentation salariale et six jours de travail par semaine.
Dans les dépositions du 16 avril, le chef-porion au charbonnage d’Auvelais, Pierre Cordier, et le directeur du charbonnage de Falisolle, Georges Gilson, identifient Jules Thiboux comme étant un des meneurs, avec Maximilien Thiboux et François Decoux. D’autres témoins, ouvriers, comme Adrien Loret ou Laret, font état de menaces faites par Thiboux à l’encontre d’ouvriers « s’ils ne suivaient pas les autres ».

Les sources ne sont pas claires quant au moment où Jules Thiboux a été interrogé par la gendarmerie. Néanmoins, un Julien Thiboux, « âgé de 28 ans, né à Auvelaix, houilleur, à Jemeppe-sur-Sambre », intervient après la déposition de Jean-Joseph Bruyr, un autre prévenu. Il nie toute participation à ce mouvement. Il est plus que probable qu’il s’agisse de Jules Thiboux.

Le 8 mai 1868, le jugement du tribunal de première instance de Namur condamne Jules Thiboux, notamment en vertu de l’article 310 du Code pénal, à quinze jours de prison et au paiement solidaire des frais. Les sept autres accusés ont des peines de prison de dix ou huit jours de prison et au paiement solidaire des frais. Parmi ces derniers, figure Maximilien Thiboux ou Thibaux, né à Auvelais, âgé de 30 ans. Les liens familiaux, s’ils existent, ne sont pas précisés dans les documents fournis par J. Bayer-Lothe.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article228548, notice THIBOUX ou THIBAUX Jules. par Jean Neuville, version mise en ligne le 31 mai 2020, dernière modification le 31 mai 2020.

Par Jean Neuville

SOURCE : BAYER-LOTHE J., Documents relatifs au mouvement ouvrier dans la province de Namur au XIXe siècle, IIe partie : 1849-1886, Louvain-Paris, 1969, p. 66-83 (Cahiers du Centre interuniversitaire d’histoire contemporaine, 57).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément