BODIN Louis, Guy, Marie, Roger

Par Jean-Paul Clénet, Louis Thareaut

Né le 6 mai 1933 à Cholet (Maine-et-Loire), mort le 31 janvier 1995 à Cholet ; ajusteur-outilleur ; militant jociste, syndicaliste CFTC puis CFDT, permanent syndical et secrétaire-adjoint de l’Union départementale CFTC puis CFDT de Maine-et-Loire (1959-1967), conseiller au Bureau intersyndical d’études de l’industrie du textile (1967-1974), secrétaire confédéral CFDT (1974-1985), administrateur à la CPAM de Cholet (1991-1995).

Louis BODIN en 1957

Les parents de Louis, Joseph Bodin et Marguerite Bonenfant, agriculteurs, eurent quatre enfants dont le troisième fut Louis. Son père quitta la ferme pour devenir jardinier dans une communauté religieuse avant d’entrer, en 1936, à la Société française radio-électrique (SFR), entreprise de matériel électronique récemment implantée à Cholet. Ses parents étant catholiques pratiquants, Louis fut scolarisé à l’école Saint-Pierre-Gélusseau à Cholet, avec un an d’avance sur les camarades de son âge. Le décès prématuré de son père, à l’âge de quarante-cinq ans, rendit la situation familiale précaire et l’obligea à renoncer à poursuivre des études auxquelles toute la famille le prédestinait.

Après son certificat d’études primaires, celui que l’on surnommait "Lili" Bodin entra à l’école d’apprentissage de la métallurgie choletaise en 1950 et obtint son CAP d’ajusteur-mécanicien à l’issue de trois années de formation. En 1953, il fut embauché comme ajusteur à la SFR. Pendant toute cette période, il milita à la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC). Syndiqué à la CFTC, il participa à l’action menée dans l’entreprise et devint très vite responsable de la commission "Jeunes" de l’Union locale CFTC de Cholet. Après avoir effectué son service militaire de mai 1954 à avril 1956, il revint à la SFR jusqu’en 1958 et intégra le Bureau de l’Union locale CFTC.

L’Union départementale CFTC de Maine-et-Loire fit appel à lui pour être permanent syndical en poste à Cholet à partir du 1er janvier 1959 et devenir secrétaire-adjoint de l’UD aux côtés de Jean Monnier, secrétaire général. En janvier 1964, un troisième permanent, Jacques Tignon, fut embauché par l’UD et remplaça Louis Bodin à Cholet. Celui-ci s’installa alors à Angers.

Louis Bodin devint à ce poste le spécialiste des discussions avec les employeurs. Il accompagna les délégations des syndicats lors des commissions paritaires et conduisit les négociations de conventions collectives, d’accords de salaires, aussi bien dans les professions agricoles que dans les cliniques, la métallurgie ou les vins et spiritueux de Saumur. Pugnace et affuté, il était considéré comme le spécialiste des tableaux de chiffres, des pourcentages et des statistiques. Célibataire, il avait une disponibilité sans égal auprès des syndicats et des sections d’entreprise qu’il soutint. Homme de convictions et de dossiers, il étonnait par sa mémoire prodigieuse.

Le 1er juin 1967, après plus de huit ans passés en Maine-et-Loire, il partit à Paris en qualité de conseiller au Bureau intersyndical d’études de l’industrie textile (BIEIT) auquel participaient la CFDT, la CGC et FO. Cet emploi entraîna sa participation au conseil de la fédération CFDT Hacuitex (Habillement, Cuir, Textile) en tant que conseiller technique. Le 1er juin 1974, il quitta le BIEIT pour devenir secrétaire confédéral au secteur Action économique, emploi, éducation permanente (AEEP) de la confédération CFDT, secteur alors animé par Michel Rolant. Il prépara les dossiers et participa comme technicien aux grandes négociations nationales, notamment celles de l’UNEDIC. Après ses fonctions syndicales, il entra à l’ASSEDIC de Paris où il termina sa carrière professionnelle comme chef de service le 31 août 1988, date de sa mise en préretraite. Il revint alors habiter Cholet. Il fut administrateur CFDT à la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) de Cholet de 1991 jusqu’à son décès, suivi par des obsèques religieuses à Cholet.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article228633, notice BODIN Louis, Guy, Marie, Roger par Jean-Paul Clénet, Louis Thareaut, version mise en ligne le 4 juin 2020, dernière modification le 5 juin 2020.

Par Jean-Paul Clénet, Louis Thareaut

Louis BODIN en 1957

SOURCES : Arch. de l’Union locale CFDT de Cholet. — Arch. Dép. du Maine-et –Loire : fonds de l’Union départementale CFDT du Maine-et-Loire. — Entretien de Jean-Paul Clénet avec Camille, frère de Louis Bodin, 1998.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément