ASSERAY René, Louis

Par Thareaut Louis

Né le 17 février 1929 à Chemillé (Maine-et-Loire), mort le 26 juin 2009 à Angers (Maine-et-Loire) ; agent des PTT ; militant jociste, syndicaliste CFTC puis CFDT aux PTT ; secrétaire départemental du syndicat des PTT de Maine-et-Loire (1961-1970), délégué à la commission nationale paritaire des PTT (1974-1983) ; membre du conseil et de la commission exécutive de l’Union départementale CFDT de Maine-et-Loire (1963-1971) ; président de l’Union locale interprofessionnelle des retraités CFDT d’Angers (1987-1997) ; membre du Parti socialiste .

René Asseray

Les parents de René, Maurice Asseray et Marie-Renée Merlet, exploitèrent à Chemillé une ferme de trois hectares en propriété et de quinze hectares en location. Son père fut, par ailleurs, président cantonal du syndicat des producteurs laitiers. Son oncle, Louis Asseray, fut député du Mouvement républicain populaire (MRP) de Maine-et-Loire de 1947 à 1951. La famille, catholique pratiquante, comprenait cinq garçons et trois filles, nés entre 1925 et 1942. Il fut scolarisé à l’école Saint-Joseph à Chemillé. À l’âge de douze ans, il fut reçu au certificat d’études primaires et quitta l’école à treize ans.

En 1942, René Asseray devint ouvrier agricole chez un de ses oncles puis, en 1946, il entra en apprentissage de boulanger à Saint-Pierre-de-Chemillé. C’est à partir de cette date qu’il milita à la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) jusqu’à son départ au service militaire en 1949. À son retour un an plus tard, il reprit son métier d’ouvrier boulanger, pendant quelques mois, aux Cerqueux-sous-Passavant (Maine-et-Loire), Malade pendant un an, Il demeura chez ses parents.

Le 4 mars 1952, René Asseray fut recruté pour faire un remplacement de facteur à Chemillé. Les remplacements aux PTT se succédèrent sans interruption jusqu’en 1954. En 1953, il passa le concours des PTT auquel il faut admis le 26 avril 1954, et partit comme facteur à Paris.

En septembre 1954, il adhéra à la CFTC et participa aux réunions syndicales. Le 1er février 1956, il revint à Angers et entra immédiatement au bureau du syndicat CFTC des PTT en tant que membre. En 1960, Henri Leclerc, secrétaire départe-mental du syndicat, en désaccord avec les prises de position de la CFTC contre la guerre d’Algérie, démissionna. En février 1961, René Asseray le remplaça jusqu’en mars 1970. Il fut, pendant la même période, membre du bureau régional CFTC puis CFDT des PTT des Pays de la Loire.

Au vingt-troisième Congrès de l’Union départementale CFTC de Maine-et-Loire en mars 1963, René Asseray fut désigné par son syndicat pour le représenter au conseil départemental, ainsi qu’à la commission exécutive de l’Union départementale. Partisan de l’évolution de la CFTC, il fit partie de la délégation des trente-neuf militants angevins au congrès confédéral extraordinaire de novembre 1964 à Issy. Il représenta le syndicat départemental des PTT et vota le rapport d’Eugène Descamps sur l’évolution et le changement de sigle de CFTC en CFDT.

En mars 1970, il abandonna ses responsabilités de secrétaire départemental des PTT et, en novembre 1971, ses responsabilités interprofessionnelles à l’Union départementale. De 1974 à 1983, il fut élu délégué du personnel à la commission paritaire nationale (CPN) des PTT. Il resta membre du bureau départemental CFDT des PTT jusqu’à sa retraite, en 1985.

L’arrêt de ses activités professionnelles ne mit pas un terme à ses activités syndicales. René Asseray fut secrétaire de la section des retraités CFDT des PTT qui comptait soixante-treize adhérents en 1985, président de l’Union locale interprofessionnelle des retraités CFDT d’Angers, membre du Conseil de l’Union départementale des retraités CFDT, membre du bureau régional des retraités CFDT des Pays de la Loire. Il cessa ses activités syndicales en avril 1998.

René Asseray épousa le 28 août 1953 Marie-Joseph Baumard, une amie d’enfance, née le 8 juin 1929 et décédée le 18 octobre 2011, dont le père était charpentier et tint aussi un café à Saint-Pierre-de-Chemillé. Ils eurent cinq enfants nés entre 1954 et 1965. Plus tard, son épouse fut salariée au Foyer de Jeunes Travailleurs d’Angers de 1972 à 1989.

René Asseray adhéra au Parti socialiste en 1973 où il n’exerça pas de responsabilités. Il s’occupa également avec son épouse d’oeuvres caritatives, notamment de Notre Dame de l’Accueil à Angers qui servait un repas chaud quotidien, tous les jours de l’année, aux personnes en difficultés. Son épouse milita également aux Compagnons d’Emmaüs. René Asseray mourut le 26 juin 2009 et fut enterré religieusement à Angers.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article228641, notice ASSERAY René, Louis par Thareaut Louis, version mise en ligne le 4 juin 2020, dernière modification le 4 juin 2020.

Par Thareaut Louis

René Asseray

SOURCES : Arch. Dép. Maine-et-Loire : fonds de l’Union départementale CFDT de Maine-et-Loire. — Entretien de Louis Thareaut avec René Asseray, le 3 février 1998.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément