FOURNY René, André

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 13 août 1923 à Épernay (Marne), mort en action le 28 août 1944 à Épernay ; employé de blanchisserie ; résistant ; FFI.

René Fourny
René Fourny
SOURCE :
Pierre Servagnat, La Résistance et les FFI
dans l’arrondissement d’Épernay

Comme Camille Colin, il était employé dans une blanchisserie d’Épernay (Marne) réquisitionnée par les Allemands. Il le seconda ce dernier dans son activité de renseignement pour le réseau Éleuthère et de ravitaillement des équipages alliés.
Il participa au sein des Forces françaises de l’intérieur (FFI) aux combats de la libération d’Épernay au cours desquels il fut tué le 28 août 1944 comme son camarade Camille Colin .

René Fourny a été reconnu « Mort pour la France » et a été homologué FFI. Le titre de Combattant volontaire de la Résistance (CVR) lui a été décerné, ainsi que la Médaille de la Résistance avec rosette par décret du 3 janvier 1946 publié au JO du 13 janvier 1946.

À Épernay, son nom figure sur la liste des « Tués au combat » du monument aux martyrs de la Résistance élevé et sur une plaque apposée au numéro 22 la de la rue de la Juiverie où il a été tué, qui porte l’inscription :
« Ici
le 28 août 1944
René FOURNY
âgé de 21 ans
a été abattu par
l’Allemand en déroute
Mort pour la France »

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article228687, notice FOURNY René, André par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 5 juin 2020, dernière modification le 12 janvier 2021.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

René Fourny
René Fourny
SOURCE :
Pierre Servagnat, La Résistance et les FFI
dans l’arrondissement d’Épernay
Sur le monument</br> aux martyrs de la Résistance d'Épernay
Sur le monument
aux martyrs de la Résistance d’Épernay
22, rue de la Juiverie
22, rue de la Juiverie
SOURCE : 
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson

Sources : AVCC, Caen, AC 21 P 186 720. – SHD, Vincennes, GR 16 P 231 809. – Arch. ONACVG- SD51, dossier CVR. – Arch. Dép. Marne, M 4774, membres de la Résistance tués au combat ou fusillés après capture, liste dressée à la demande du ministère de l’Intérieur en octobre 1944. – L’Union (photo), 26 juin 1946. – Pierre Servagnat, La Résistance et les Forces françaises de l’intérieur dans l’arrondissement d’Épernay. Souvenirs du capitaine Servagnat. Ceux de la Résistance (photo), Presses de l’Imprimerie de Montligeon, 1946. – Jean-Pierre et Jocelyne Husson, La Résistance dans la Marne, dvd-rom, AERI-Département de la Fondation de la Résistance et CRDP de Champagne-Ardenne, Reims, 2013. – Mémorial Gen Web. – État civil, Épernay (acte de naissance et acte de décès en attente).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément