BIAGINI Martino dit Martin [pseudonyme dans la Résistance : PAUL Joseph]

Par Jacques Girault Jean-Marie Guillon

Né le 10 novembre 1920, à Casole d’Elsa (province de Sienne, Italie), abattu le 22 juillet 1944 à Aups (Var) ; bûcheron, journalier agricole ; militant communiste ; maquisard Francs-Tireurs et partisans (FTP), responsable technique du camp Robert.

Fils d’un ouvrier agricole italien, célibataire, ouvrier bûcheron, établi à Aups dans le haut Var, Martin Biagini milita activement aux Jeunesses communistes à partir de 1936. Pris à partie dans un café par un consommateur hostile alors qu’il distribuait la presse communiste, il répliqua après avoir été traité de « sale étranger », ce qui lui valut une inculpation au tribunal correctionnel de Draguignan. Largement soutenu, il fut acquitté. Mais, fiché, il fut interné au camp du Vernet (Ariège) en juin 1940, au moment de l’entrée en guerre de l’Italie, comme « communiste dangereux ». Libéré assez vite, réformé des Chantiers de jeunesse en 1941, il renoua avec l’organisation communiste clandestine. En 1943, il fut chargé de réorganiser les Jeunesses communistes du secteur d’Aups. Versé aux FTP, sous le matricule 61 864, il fut l’un des piliers du camp Robert fondé au printemps 1944. Le registre du maquis notait qu’il l’avait rejoint entre le 6 et le 9 juin et le signalait comme « bon élément ». Devenu le res¬ponsable tech¬nique du maquis, il fut abattu par les soldats allemands, sur la route, au nord d’Aups, quartier de La Bigue, le 22 juillet 1944, en compagnie du responsable militaire du camp, Henri Guillot*, alors que tous les deux tentaient de rejoindre en moto leurs camarades qu’ils savaient attaqués par la Wehrmacht.
La Croix de guerre lui fut attribuée à titre posthume, avec une citation. Une rue d’Aups porte son nom par délibération du 26 septembre 1944. Il fut reconnu « Mort pour la France. »

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article228794, notice BIAGINI Martino dit Martin [pseudonyme dans la Résistance : PAUL Joseph] par Jacques Girault Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 4 juin 2020, dernière modification le 20 novembre 2020.

Par Jacques Girault Jean-Marie Guillon

SOURCES : Arch. dép. Var 7M12 1, 1W 72 et 93 J (fonds ANACR Var, dossier 322). — Site internet mémoire des hommes SHD Caen AC 21 P 22730. ⎯ presse locale (Front national n°4 du 23 septembre 1944). — Jean-Marie Guillon, La Résistance dans le Var, Université de Provence (Aix-Marseille I), 1989 et Résistance Var n°45, juin 2002. — Sources orales.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément