ROUSSIGNOL Léonce, Gaston, Noël

Par Jean-Jacques Doré

Né le 25 décembre 1889 à Maromme (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), mort le 13 Août 1966 à Mesnil-Esnard (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) ; cheminot ; syndicaliste.

Fils d’un journalier, Léonce Roussignol siégeait à la commission de contrôle de l’Union locale de Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) en 1920 et 1921 comme délégué du Syndicat CGT des Cheminots de Rouen-Nord.

Passé au réseau Rouen-État quelques années plus tard, il fut élu trésorier adjoint du syndicat unitaire (CGTU) des Cheminots le 2 juin 1927. Nommé à Sotteville-lès-Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) en 1928, il figura aussitôt parmi les membres du bureau du syndicat unitaire élu le 2 mars qui comprenait Émile Pairaudeau (secrétaire), Léonce Roussignol (secrétaire adjoint ), Charles Ducorroy (trésorier), Honoré (trésorier adjoint) et Duchemin (archiviste) ; l’organisation comptait un peu plus de 2 000 membres.

Au mois de juin 1928, Pairaudeau et Roussignol, qui avaient rejoint la Ligue syndicaliste, firent sécession avec une partie des militants et donnèrent leur adhésion au syndicat confédéré (CGT) des Cheminots de Sotteville dont les effectifs passèrent de 60 à 700 membres.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article228967, notice ROUSSIGNOL Léonce, Gaston, Noël par Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 8 juin 2020, dernière modification le 8 juin 2020.

Par Jean-Jacques Doré

SOURCES : Arch. Mun. Rouen 7 F 3 Syndicats fonctionnaires. — Direction des affaires sociales de la préfecture, dossiers non versés aux archives. — Arch. Dép. Seine-Maritime 2 Z 8500 Syndicats de cheminots. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément