DOUTEAU Isabelle [née SUREAU Élisabeth, Louise, Émilienne, dite Isabelle, épouse DOUTEAU]

Par Claude Pennetier

Née le 27 avril 1914 à Mouterre-Silly (Vienne), morte le 14 juillet 2004 à Loudun (Vienne) ; ménagère puis lingère ; militante communiste de la Vienne ; députée (1947-1951).

[Assemblée nationale, Notices et portraits]

Née dans une famille de trois enfants, fille de fermiers à Gemiers, Isabelle Sureau se maria en septembre 1936 à Loudun avec Marcel Douteau, cheminot. Elle adhéra au Parti communiste en 1936 et devint secrétaire de la section communiste de Loudun.

Arrêtée le 24 juin 1941, Isabelle Douteau fut internée à la caserne de la Chauvinerie à Poitiers (Vienne), puis transférée au camp de Compiègne puis au fort de Romainville avant d’être libérée le 4 avril 1942 sans avoir signé de documents, dit-elle. Son mari, prisonnier depuis le 19 juin 1940, resta en captivité jusqu’au 7 mars 1945. Elle reprit des activités à Loudun dans le cadre d’un triangle qui comprenait Robert Cochard forgeron, et Firmin Sapin, pépiniériste, qui fut fusillé le 4 octobre 1943.

À la Libération, Isabelle Douteau redevint secrétaire de la section communiste de Loudun. Elle participa au comité d’entraide des déportés et internés du canton de Loudun et fut la présidente départementale de l’Union des femmes françaises.

Aux élections pour la deuxième assemblée constituante en 1946, elle figurait en troisième position sur la liste « communiste et d’union républicaine et résistante » qui eut deux élus. Aux élections du 10 novembre pour la première assemblée de la nouvelle constitution, la même situation se reproduisit. Quand Alphonse Bouloux* devint conseiller de la République, le 8 décembre 1946, elle le remplaça au Palais Bourbon. Membre des commissions du ravitaillement (1947-1948), de la famille, de la population et de la santé publique (1948-1951), des territoires d’outre-mer (1951), elle fut juré à la Haute Cour de justice. Pour les élections législatives du 17 juin 1951, elle était à nouveau candidate en troisième position sur la liste communiste qui arriva en tête avec 24 % des suffrages exprimés, mais n’eut aucun élu en raison des apparentements.

Isabelle Douteau conduisit la liste communiste aux élections municipales d’octobre 1947 à Loudun. Après son départ de la Chambre, elle refusa de siéger au bureau fédéral en raison de son éloignement géographique. En 1956, le Parti communiste lui trouva un poste de lingère et, pour son mari, un poste de régisseur dans un centre de convalescence de l’ANACR en Lot-et-Garonne. Par la suite, elle fut régulièrement candidate aux élections municipales sur les listes communistes puis d’Union de la gauche jusqu’en 1995.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article22931, notice DOUTEAU Isabelle [née SUREAU Élisabeth, Louise, Émilienne, dite Isabelle, épouse DOUTEAU] par Claude Pennetier, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 12 décembre 2017.

Par Claude Pennetier

[Assemblée nationale, Notices et portraits]

SOURCES : Presse nationale et locale. — Site Internet de l’Assemblée nationale. — Renseignements fournis par Jean-Yves Lépinay. — Notes d’Alain Léger.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément