PÉROIS Alexandre, Constant

Par Jean-Jacques Doré

Né le 1er juillet 1895 à Graville-Sainte-Honorine à côté du Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) ; maçon ; secrétaire du syndicat unitaire (CGTU) du Bâtiment du Havre en 1927 et 1928.

Fils d’un maçon, Alexandre Pérois, mobilisé dans l’infanterie puis comme ouvrier aéronautique du 18 décembre 1914 au 11 septembre 1919 reprit son métier de maçon au Havre.

Élu secrétaire du syndicat autonome du Bâtiment du Havre en décembre 1926, il proposa le retour à la CGTU que l’organisation avait quitté en 1924. Mis en minorité, il fut remplacé par son prédécesseur Émile Alliet en mars 1927.

Son initiative s’inscrivait dans la stratégie de la 19e Union régionale CGTU qui faute d’avoir pu reconquérir le bastion de la puissante l’Union locale autonome du Havre, avait mis sur pied une Union concurrente en 1926, dirigée par Henri Gautier avec pour objectif de prendre le contrôle des syndicats existants ou de créer de nouvelles organisations unitaires.

Ce fut ainsi qu’Alexandre Pérois constitua le syndicat unitaire du Bâtiment du Havre en janvier 1927, dirigé par un bureau composé de personnalités hautes en couleur, Henry Famery (secrétaire adjoint), Fabius de Saint Jores (trésorier) et Roger Dufour (trésorier adjoint). Les 106 militants reconduisirent Pérois au secrétariat du syndicat en janvier 1928, mais il ne put empêcher beaucoup d’entre eux de rejoindre les autonomes au cours de l’année ; l’organisation s’éteignit début 1929.

Alexandre Pérois s’était marié à Belbeuf (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) le 25 mai 1917 avec Adèle Hauel.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article229325, notice PÉROIS Alexandre, Constant par Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 23 juin 2020, dernière modification le 12 janvier 2022.

Par Jean-Jacques Doré

SOURCES : Arch. Dép. Seine-Maritime 4 MP 55, 4 MP 62 Syndicats du Havre, 2 ZP 184 — État civil, Matricule militaire.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément