OLIAS Federico, Garcia

Par Pierre-Henri Zaidman

Né le 1er juillet 1837 à Madrid (Espagne) ; républicain espagnol ; communard.

Photographie de Garcia (Federico Olias) dans L’Invasion, le Siège, la Commune, 1870-1871 par Armand Dayot (Flammarion).

Federico Olias était marié et père de deux enfants, il avait été officier dans l’armée espagnole et avait fait la campagne du Maroc ; à la chute de l’empire, le 4 septembre 1870, il vint en France et s’engagea avec Garibaldi dans l’armée des Vosges comme capitaine du Corps espagnol de Perpignan, il fut blessé à Dijon le 21 janvier ; après son licenciement, il alla à Paris le 17 mars 1871 et fut nommé au mois d’avril commandant d’état major de l’aile gauche des troupes fédérées.
Il fut arrêté le 30 mai et détenu sur le ponton l’Orne à Rochefort, puis au fort de l’Ile d’Aix. Il fut acquitté par le 7e conseil de guerre le 26 février 1872.
Il resta à Paris et travailla comme commis-voyageur. En 1873, il fut mêlé à un complot républicain contre la monarchie espagnole et arrêté puis relâché. Il retourna en Espagne et gagna péniblement sa vie comme interprète d’hôtel.
Il se suicida le 20 février 1892.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article229369, notice OLIAS Federico, Garcia par Pierre-Henri Zaidman, version mise en ligne le 18 juin 2020, dernière modification le 24 novembre 2021.

Par Pierre-Henri Zaidman

Photographie de Garcia (Federico Olias) dans L’Invasion, le Siège, la Commune, 1870-1871 par Armand Dayot (Flammarion).

SOURCES : Arch. Min. Guerre, Lg 4 et GR 8 J 247 (295). — L’Industriel de Saint-Germain-en-Laye, 9 mars 1872. — Gazette des Tribunaux, 20 mars 1873. — JORF, 19 juillet 1875. — La Petite République, 21 février 1892. — Note de Rémy Scherer.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément