DOUZILLY Marcel, Georges, Robert

Par Gilbert Déverines, Jean-Claude Guillon

Né le 20 janvier 1920 à Noizay (Indre-et-Loire), mort le 27 décembre 2017 à Franconville (Val d’Oise) ; instituteur puis directeur d’école primaire ; résistant ; militant du PCF à Saint-Pierre-des-Corps (Indre-et-Loire) ; militant syndicaliste du SNI ; militant d’organisations culturelles.

Marcel Douzilly était le fils d’Emmanuel Douzilly et de son épouse Louise Haquet. Son père était artisan serrurier puis ouvrier dans une entreprise de métallurgie en région parisienne ; sa mère, commerçante puis ouvrière de confection à domicile. Son père fut délégué syndical CGT dans l’entreprise SAV à Fontenay-sous-Bois, entreprise qu’il quitta en 1956 ; on ne connaît pas d’adhésion syndicale ou politique à sa mère.

Marcel Douzilly, après école primaire du village, alla à l’école primaire supérieure, puis fut élève-maître à l’École normale d’instituteurs de Loches où il termina ses études nanti du brevet supérieur en juillet 1939. L’école primaire de Saint Senoch fut son premier poste, le 1er octobre 1939. Il occupa successivement des postes à Amboise, Saint-Denis-Hors, Manthelan, Saint-Pierre-des-Corps, puis de directeur de 1972 à 1976.

Il épousa le 27 décembre 1941 Rolande Rouer, également institutrice. Ils exercèrent leur métier dans les mêmes écoles. Ils eurent une fille, Danièle, décédée en 2006.

Marcel Douzilly fut appelé pour effectuer son service militaire le 8 juin 1940 ; il fut affecté aux Chantiers de Jeunesse jusqu’à février 1941 et rappelé de février 1945 à octobre 1945.

Durant l’occupation, il fut avec Rolande Rouer*, Elizabeth Leport*, André Foussier* et Roger Convard* un des organisateurs de la diffusion de La Lanterne, le journal clandestin des jeunes intellectuels du Front National. Fin 1943 il prit des contacts avec un membre de l’organisation de résistance Libé-Nord. D’octobre 1943 à juin 1944 il fut requis sur place au titre du STO à l’usine Bronzavia où il y eut une grève le 11 novembre 1943. Il participa à la remise clandestine de salaires de déportés à leur famille.

Marcel Douzilly adhéra au Parti communiste en 1942 et en était encore adhérent au début de 2008, membre de l’association des vétérans du PCF. Il eut des responsabilités au bureau de diverses cellules ainsi que dans les comités de section de Ligueil et de Saint-Pierre-des-Corps de 1945 jusqu’en 1980.

Il fut militant actif dans les organisations de jeunesse : Centre laïque des auberges de jeunesse (de 1937 à 1940) ; Foyer laïque de la jeunesse d’Amboise ; Union de la jeunesse républicaine de France. Il milita au Syndicat national des instituteurs et à la FEN-CGT, puis uniquement au SNI-FEN autonome, enfin au SNUipp-FSU.
Il était adhérent de l’ANACR (Association nationale des anciens combattants de la résistance).

Marcel et Rolande eurent, ensemble de 1944 à 2000, beaucoup d’activités dans le domaine culturel et dans les associations d’amitiés entre les peuples. Ils furent des animateurs dynamiques et, au fil du temps, alternèrent des fonctions de secrétaire ou de président(e) dans ces associations : Foyer laïque de la jeunesse d’Amboise, Le Plateau Manthelanais (théâtre et voyages), Théâtre et culture à Saint-Pierre-des-Corps, France-URSS puis France-Russie à Saint-Pierre-des-Corps, France-Cuba, France-Bulgarie, France-Palestine. De leurs nombreux voyages ils ont ramené des nombreuses de photos et diapos.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article22939, notice DOUZILLY Marcel, Georges, Robert par Gilbert Déverines, Jean-Claude Guillon, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 28 octobre 2021.

Par Gilbert Déverines, Jean-Claude Guillon

SOURCES : Communistes en Touraine, 80 ans de témoignages et de récits, Tours, 2000. — Souvenirs de Marcel Douzilly.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément