DOUZILLY Rolande, Léonie, Renée [épouse ROUER]

Par Jean-Claude Guillon, Gilbert Déverines

Née le 25 janvier 1920 à Tours (Indre-et-Loire), morte le 30 janvier 2003 à Saint-Pierre-des-Corps (Indre-et-Loire) ; employée des PTT, institutrice puis directrice d’école primaire ; militante JC, PCF, CGT puis SNI-FEN puis SNUIP-FSU.

Le père de Rolande, Louis Rouer, était employé à la compagnie des chemins de fer du PO (Paris-Orléans) ; il avait participé aux grèves des cheminots en 1920 qui eurent un très grand retentissement en Touraine ; il n’avait pas de convictions religieuses ; il était membre du PCF dont il fut secrétaire de cellule de 1945 à 1948. Sa mère, Marie Gaultier épouse Rouer, catholique non pratiquante, fut lingère, ouvrière de confection à domicile, aide-ménagère. Durant l’occupation, le domicile de ses parents servit de relais pour la diffusion de La Lanterne, le journal clandestin des jeunes intellectuels du Front national tourangeau.
Rolande suivit des études primaires, dans le sens que ce mot avait avant 1940, école primaire publique, école primaire supérieure, soit sept années après le certificat d’études primaires ; elle obtint le Brevet supérieur. Elle commença à travailler aux PTT durant l’été 1939 et jusqu’à la fin de cette année. Elle enseigna ensuite dans diverses écoles primaires dans diverses suppléances puis à Saint-Denis-Hors, Manthelan et Saint-Pierre-des-Corps, de 1940 à 1976 comme institutrice ; elle assuma la fonction de directrice à Saint-Pierre-des-Corps à partir de 1968.
Rolande épousa le 27 décembre 1941 Marcel Douzilly*, instituteur puis directeur d’école. Leur vie professionnelle et leurs activités politiques et culturelles se développèrent parallèlement jusqu’au décès de Rolande le 30 janvier 2003 à Saint-Pierre-des-Corps. Rolande et Marcelle avaient eu une fille, Danièle, décédée en 2006.
Rolande Rouer milita de 1935 à 1939 à la Jeunesse communiste, puis à partir de 1945, à l’UJRF (Union de la jeunesse républicaine de France) qui lui avait succédé. Elle fut membre du Parti communiste de 1941 jusqu’à son décès. De 1945 à 1980, elle eut différentes responsabilités dans les bureaux de cellule du PCF (secrétaire et trésorière) et fut membre des Comités de section à Ligueil et Saint-Pierre-des-Corps. Elle fut candidate, non élue, aux élections municipales dans la commune de Manthelan (Indre-et-Loire) en 1947, 1953, 1959.
Rolande avait été membre du syndicat CGT en 1939 puis, institutrice, elle fut membre des différentes variantes du syndicalisme des enseignants du premier degré : SNI, FEN-CGT, SNI-FEN puis SNUIP-FSU (Syndicat national unitaire des professeurs des écoles de la Fédération syndicale unitaire) jusqu’à la fin de sa vie.
Rolande et Marcel eurent, ensemble de 1944 à 2000, beaucoup d’activités dans le domaine culturel et dans les associations d’amitiés entre les peuples. Ils furent des animateurs dynamiques et, au fil du temps ils alternèrent des fonctions de responsables dans ces associations : Foyer laïque de la jeunesse d’Amboise, Le Plateau Manthelanais (théâtre et voyages), Théâtre et culture à Saint-Pierre-des-Corps, France-URSS puis France-Russie à Saint-Pierre-des-Corps, France-Cuba, France-Bulgarie, France-Palestine.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article22940, notice DOUZILLY Rolande, Léonie, Renée [épouse ROUER] par Jean-Claude Guillon, Gilbert Déverines, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 25 octobre 2008.

Par Jean-Claude Guillon, Gilbert Déverines

SOURCES : Communistes en Touraine, 80 ans de témoignages et de récits, Tours, 2000. — Souvenirs de Marcel Douzilly.

Version imprimable Signaler un complément