CAISSE René, Victor

Par Jean Belin

Né le 4 mai 1898 à Pluvet (Côte-d’Or), mort le 5 juin 1953 à Pluvault (Côte-d’Or) ; employé des PTT ; syndicaliste CGT et militant communiste de Côte-d’Or ; résistant au sein des Francs-tireurs et partisans français (FTP) et des Forces françaises de l’intérieur (FFI) ; ancien combattant.

Fils de Claude Victor Caisse, manouvrier, et de Marie Vion, employée des postes, René Caisse fut domestique de culture avant son incorporation de mai 1917 à juin 1920. A son retour, il devint agent des lignes au service télégraphique à Dijon. Il se maria à Pluvault (Côte-d’Or) le 23 février 1924 avec Marthe Louise Messelet avec laquelle il eut trois enfants. Il milita à la CGTU et au Parti communiste avant la guerre de 1939-1945, et fut candidat à plusieurs élections cantonales et législatives. Mobilisé le 2 septembre 1939 en tant qu’affecté spécial au service télégraphique militaire, il fut renvoyé dans son foyer le 11 mars 1940 pour myocardie chronique. Après l’interdiction du Parti communiste en 1939, il fit l’objet d’une surveillance active de la police française avec d’autres militants communistes engagés dans la Résistance. Dans une note du commissaire principal de police judiciaire datée du 14 août 1941, il fut considéré comme individu dangereux. Résistant au sein des Francs-tireurs et partisans (FTP) et des Forces françaises de l’intérieur (FFI), après la Libération de Dijon en septembre 1944, il s’engagea comme volontaire dans la 7e Compagnie du Régiment de Bourgogne. Après la guerre, il revint sur Dijon et reprit son emploi au service des lignes souterraines. Il termina sa carrière aux PTT comme chef d’équipe. Il milita jusqu’à sa retraite en mai 1952 dans sa catégorie professionnelle et au syndicat unique CGT des PTT de Côte-d’Or. Il était domicilié à Pluvault lors de son décès.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article229503, notice CAISSE René, Victor par Jean Belin, version mise en ligne le 22 juin 2020, dernière modification le 22 juin 2020.

Par Jean Belin

SOURCES : Arch. Dép.de Côte-d’Or, état civil et fiche de recrutement militaire, rapport de police sur les menées communistes, surveillance active, côte 1072W. — Le Régiment de Bourgogne et ses 2150 FFI côte-d’oriens volontaires, Gilles Hennequin, édition de 2006. — Annuaire des amicales des anciens combattants des 35e et 235e RI. – 49e RIT de Paris – Belfort – Dijon, édition de 1966, fonds Gilles Hennequin. — Arch. IHS CGT Côte-d’Or, fonds du syndicat des PTT.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément