MEYNARD Marthe [Née BRILLOUET Marthe, Louise]

Par Marie-Cécile Bouju

Née le 29 mars 1912 à Angoulême (Charente), morte le 2 juin 1977 à Vindelle (Charente), ouvrière papetière, communiste, résistante.

Marthe Brillouet a perdu sa mère à l’âge de 5 ans. Son père, grand mutilé de guerre, s’était remarié. De cette seconde union naquit sa demi-sœur Paulette.
Scolarisée jusqu’à ses 13 ans, Marthe Brillouet devint ouvrière papetière à la papeterie Lacroix, à Angoulême (coloriste en cartes postales). Sa sœur Paulette y travailla également.
En 1934, elle épousa Gaétan (dit Gaston) Meynard, également ouvrier papetier chez Lacroix.
Marthe Meynard, son mari et Paulette Brillouet militaient au PCF dans les années trente.
Sous l’occupation, Gaston et Marthe Meynard participèrent au transport et à la distribution de tracts ainsi qu’à la récupération de papier et d’encre pour leur fabrication. Ils hébergeaient aussi des clandestins.
Rattachée au Front national de lutte pour la libération et l’indépendance de la France (en liaison avec Maria Rabaté et Andrée Duffaud), Marthe Meynard participait à une groupe de "femmes patriotes pour Angoulème", l’Union des Femmes contre l’occupant.
Le 9 ou 13 décembre 1941, Gaston et Marthe Meynard furent arrêtés à leur domicile, ainsi qu’Antoine Emorine qu’ils cachaient – Emorine était responsable de diffusion de la propagande clandestine dans le bordelais. Libérée peu de temps après, Marthe Meynard fut à nouveau arrêtée le 2 mars 1942 avec sa sœur Paulette Brillouet. Les deux femmes furent transférées à Paris. Le 23 mars 1941, elles furent écrouées à la Santé ; le 24 août elles furent transférées au Fort de Romainville.
Internée à Compiègne le 24 janvier 1943, Marthe Meynard fut déportée à Auschwitz le 26 janvier 1943 – elle fut affecté au kommando de couture. Elle fut par la suite transférée à Ravensbrück, où elle retrouva sa sœur Paulette, puis à Mauthausen le 7 mars 1945. Libérée le 22 avril 1945, elle a été rapatriée en France le 22 avril 1945 et rejoint Angoulême en mai. Ni sa sœur ni son mari n’ont survécu.
Marthe et Gaston Meynard avait un fils, Pierre.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article229514, notice MEYNARD Marthe [Née BRILLOUET Marthe, Louise] par Marie-Cécile Bouju, version mise en ligne le 22 juin 2020, dernière modification le 27 juillet 2020.

Par Marie-Cécile Bouju

SOURCES : SHD GR 16 P 91206. - Paul Chauvet. La Résistance chez les fils de Gutenberg dans la Deuxième Guerre mondiale. Paris : à compte d’auteur, p. 377-378 (écrit par erreur Maynard). - Charlotte Delbo. Le Convoi du 24 janvier. Ed. de Minuit, 1965, p. 199-200. - « Marthe MEYNARD, née Brillouet – 31675 » Mémoire Vive [en ligne].

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément