ERARD Charles, Edmond

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 13 mai 1910 à Montenois (Doubs), exécuté sommairement le 29 octobre 1944 à Montenois ; cultivateur ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Charles Erard était le fils d’Auguste Ernest Joseph et de Élisa Goudey, tous deux cultivateurs. Il était marié avec Marcelle Andrée Laurency.
Le 29 octobre 1944, jour de froid, de pluie, de brouillard, le village de Montenois fut encerclé par les Allemands vers huit heure du matin. Les hommes qui partaient au travail furent regroupés et un Allemand muni d’une liste fit l’appel de tous ceux qui étaient considérés comme résistants. Encadrés, ils durent descendre jusqu’à l’école des filles où ils furent mis dans un local à genoux et bras en l’air avec interdiction de parler. Ils étaient entourés par des soldats allemands arme au poing. Il semble qu’ils aient été dénoncés par un de leurs camarades arrêté quelques jours plus tôt. Une salle situé à quelques mètres fut aménagée pour la torture. Pour finir ils étaient fusillés. Charles Erard fut exécuté au lieu-dit "En Say" à 10h32.
Il obtint la mention « Mort pour la France » transcrite sur l’acte de décès le 20 mars 1945 et fut homologué comme soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI) et "Déporté et interné résistant" (DIR), dossier GR 16 P 210161 et AC 21 P 180224 (nc).
Son nom figure sur le monument de la Libération, à Besançon et le monument aux morts 1939-1945 à Montenois (Doubs).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article229578, notice ERARD Charles, Edmond par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 24 juin 2020, dernière modification le 25 juin 2020.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : www.cancoilotte.net > spip > article453 Jean ERARD - "et pourtant... il l’a fait !", 30 décembre 2008.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément