JOUVE Henri

Par Claude Pennetier, Renaud Poulain-Argiolas

Cheminot ; militant communiste de Miramas (Bouches-du-Rhône) ; conseiller municipal et adjoint sous la municipalité Isidore Blanc après la Libération.

Photo d’Henri Jouve publiée dans La Marseillaise en 1965

Commis principal SNCF, Henri Jouve était le troisième de la liste communiste dirigée par le menuisier Louis Cote et secondé par Georges Thorrand (instituteur, futur maire en 1977) pour les élections municipales du 14 mars 1965 à Miramas. Sur 21 candidats, dix étaient des cheminots ; la liste ne comptait que trois femmes : Paulette Argiolas, Yvonne Astier et Denise Clément. Les autres cheminots étaient : Louis Antoine (élève mécanicien), Octave Bertini (commis principal SNCF), Gérard Fabrier (cantonnier principal SNCF), Roger Jach (retraité SNCF), Léonce Lèbre (chef de manœuvre principal SNCF), Paul Lavie (visiteur SNCF), André Maurin (mécanicien de route SNCF), Jean Massotier (facteur SNCF) et Émilien Reyne (retraité SNCF).
Le quotidien régional communiste La Marseillaise publia sa photo avec celles d’autres candidats de son parti pour les faire connaître de la population. Il était alors présenté comme ancien adjoint d’Isidore Blanc, ancien militant du Front national pendant la guerre, et président de la société Saint-Maurice cycliste.
Au second tour des municipales, le 21 mars, la liste communiste s’allia avec celle de la SFIO menée par Fernand Bavre contre celle du candidat UDR, le médecin Pierre Tristani. C’est toutefois ce dernier qui gagna la mairie.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article229742, notice JOUVE Henri par Claude Pennetier, Renaud Poulain-Argiolas, version mise en ligne le 8 décembre 2020, dernière modification le 9 décembre 2020.

Par Claude Pennetier, Renaud Poulain-Argiolas

Photo d’Henri Jouve publiée dans La Marseillaise en 1965

SOURCES : Article de La Marseillaise de 1965. — Bulletins de vote des 14 et 21 mars 1965.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément