ROUSSEL Prosper

Né le 17 juin 1824 à Saint-Claude-de-Diray (Loir-et-Cher) ; fils d’un cordonnier ; ouvrier tailleur d’habits ; interné en 1851 ; militant de la Commune de Paris.

Marié en 1849 à Saint-Claude, père de quatre enfants en 1871. Engagé volontaire en 1843 comme ouvrier dans l’artillerie de marine (2e compagnie), Roussel fut libéré en 1850 avec un certificat de bonne conduite.
En 1851, il demeurait à Blois, et la Commission mixte de la ville le condamna à sept ans d’internement à Alençon comme « socialiste exalté » et pour s’être compromis dans « les affaires de la Solidarité » (il s’agissait du club de la Solidarité républicaine). Il avait fabriqué des chopines de grès portant en cartouche : « Vive la République démocratique et sociale ».

En 1870, il était domicilié à Paris, 10, rue Mesnil, et, pendant la Commune, 182, rue Saint-Martin. En 1870, pendant le Siège, il devint sergent, puis lieutenant, puis capitaine à la 8e compagnie du 38e bataillon de la Garde nationale. Fin mars 1871, il accepta le commandement du bataillon et fut confirmé dans ce poste aux élections du 22 avril. Il ne prit aucune part aux combats de rue et se cacha à Paris, après la Commune, sous le nom d’Oral.
Le 3e conseil de guerre le condamna, le 30 janvier 1874, par contumace, sous son vrai nom, à la déportation dans une enceinte fortifiée. Sa femme se faisait appeler veuve Roussel et il venait la voir de temps en temps, en se faisant passer pour le tuteur des enfants. Puis il fut arrêté, condamné contradictoirement, le 25 juillet 1877, à la déportation simple. Il dit qu’il « avait marché parce que telle était son idée et qu’il n’avait rien à en retrancher ». Envoyé à Belle-Île, il fit l’objet de rapports élogieux. Sa peine fut commuée en cinq ans de prison le 24 janvier 1878 puis remise de moitié le 23 décembre suivant. Il fut amnistié le 15 janvier 1879.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article229842, notice ROUSSEL Prosper, version mise en ligne le 3 juillet 2020, dernière modification le 3 juillet 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/845, S 77 n° 9931. — Arch. Min. Guerre, 3e conseil, dossier 2398. — Arch. PPo., listes d’amnistiés.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément