ROLLIN Eugène, Adolphe

Né le 19 mars 1817 à Paris (XIe arr. ancien) ; cordonnier ; militant de 1848 et de 1871.

Marié, sans enfant, séparé de sa femme vers 1853, vivant depuis 1858 en concubinage. D’après un rapport du commissaire de police du quartier de la Maison-Blanche, où il habitait en 1871, 37, rue des Cinq-Diamants, Eugène Rollin « aurait été déjà condamné pour participation à l’insurrection de 1848 et il se dirait compromis en 1852. »

Pendant le Siège, il appartenait comme simple garde à une compagnie sédentaire du 120e bataillon. Il la quitta à l’armistice et entra, après le 18 mars 1871, au 101e bataillon. Il ne paraît pas avoir pris part à la lutte contre Versailles, mais il avait demandé au général Dombrowski d’être chargé de l’organisation des barricades dans son quartier, poste qui ne put lui être attribué. La police le croyait membre de l’Internationale, ce qui est probablement inexact : « Il appartenait — dit un rapport — à une société ayant pour titre Compagnie des Fuséens de Décanis et qui n’est autre qu’une affiliation de l’Internationale. » S’il est possible (bien qu’il le niât) que Rollin ait fait partie d’un groupe de Fuséens, aucune compagnie de ce genre n’a jamais eu de rapport avec l’Association internationale des Travailleurs.

Rollin fut condamné, le 15 mars 1872, par le 19e conseil de guerre, à la déportation simple. Un rapport sans date rédigé pendant sa déportation note à son sujet : « Vieux et incapable de se suffire. Ce Rollin nous retombera sur les bras comme indigent. » Une demande de grâce fut rejetée le 29 janvier 1877. Rollin bénéficia de la remise de sa peine de déportation le 12 juillet 1877, sous condition de résidence obligatoire à la Nouvelle-Calédonie, obligation qui lui fut remise à son tour le 15 janvier 1879.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article229854, notice ROLLIN Eugène, Adolphe, version mise en ligne le 4 juillet 2020, dernière modification le 4 juillet 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/744. — Arch. Min. Guerre, 19e conseil, dossier 259.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément