SERWY Grégoire.

Par Jean Puissant

Saint-Josse-ten-Noode (pr. Brabant, arr. Bruxelles : aujourd’hui Région de Bruxelles-Capitale), 1869 – Ixelles (Bruxelles), 1945. Employé, militant du Parti ouvrier belge (POB), fondateur de la société coopérative, La Persévérance ; à Nivelles (aujourd’hui Brabant wallon, arr. Nivelles), frère de Victor Serwy et oncle de Willy Serwy.

Employé, militant du POB, Grégoire Serwy habite en 1899 rue de Bordeaux à Saint-Gilles. Il est secrétaire national du POB de 1892 à 1898 et membre de son bureau (et donc du Conseil général) de 1892 à 1905. Il est administrateur-délégué de la coopérative, La Presse socialiste de 1894 à 1901.

Le Conseil général du parti envoie Grégoire Serwy à Nivelles pour organiser la campagne électorale de 1894 dans cet arrondissement fortement rural où les organisations ouvrières sont très dispersées. Il y est candidat aux élections législatives en 1894, 1896 et 1899. En 1896, il est candidat aux côtés d’Alphonse Allard, instituteur, et de Maurice Hambursin, fermier, tous deux originaires de l’arrondissement, et Louis De Brouckère, bruxellois comme lui. La liste compte un candidat local de plus qu’en 1894. Le nombre de voix obtenues triple passant de 6.000 à 20.000. Leurs candidatures sont défendues par un journal électoral, La Justice, qui ne connaît qu’un numéro imprimé à Bruxelles.
En 1899, le POB décide de créer, pour l’arrondissement, d’un hebdomadaire, L’Avant-garde, dans le cadre de la campagne électorale. Cet organe qui paraît de 1899 à 1900, est imprimé par l’Imprimerie coopérative de Nivelles, située rue des Choraux. Grégoire Serwy en est l’éditeur responsable.

Grégoire Serwy est à l’origine de la société coopérative, La Persévérance, à Nivelles, située rue de Soignies (boulangerie et épicerie à l’origine). Il en est le secrétaire de 1898 à 1900, en remplacement d’Auguste Theys*. La société obtient des résultats encourageants – elle passe de 79 membres à l’origine à 2.250 en 1902 –, mais minés par des litiges personnels. Malgré un redressement, la coopérative ne survit pas à la Première Guerre mondiale.
Par la suite, Grégoire Serwy semble s’effacer après l’élection d’Alphonse Allard, devenu le leader régional du parti, et son successeur à la coopérative en octobre 1900.

Grégoire Serwy s’intéresse aux questions agricoles et il publie des brochures et des articles. Il est responsable d’un journal, organe neutre, Le Trait d’union des coopératives.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article229966, notice SERWY Grégoire. par Jean Puissant, version mise en ligne le 9 juillet 2020, dernière modification le 16 juillet 2021.

Par Jean Puissant

SOURCES : BERTRAND L, Histoire de la coopération en Belgique. Les hommes - Les idées - Les faits, t. 2, Bruxelles, 1903, p. 520 – SERWY V., La coopération en Belgique, t. IV : La vie coopérative - Dictionnaire biographique, Bruxelles, 1952, p. 222 – VERMOTE M., « Achter de schermen van de Belgische Werkliedenpartij. De verslagen van Bureau en Algemene Raad 1892-1940. Historiek en duiding als bron », dans Bulletin de la Commission royale d’histoire, t. 177, 2011, p. 192.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément