LOMBARD Lucien, Anatole

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 2 mai 1925 à Fresse (Haute-Saône), exécuté sommairement par la Milice le 25 septembre 1944 à Valdoie (Territoire de Belfort) ; résistant du Front national (FN) et de la Résistance intérieure française (RIF).

Lucien Lombard entra dans la Résistance au Front National de Valdoie puis aux Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Il fut arrêté à la suite d’une dénonciation avec sept autres résistants, par la Milice et la Gestapo le 11 septembre 1944 au café Grevillot, à Belfort. Ils furent fusillés sans jugement par la Milice le 25 septembre dans les bois de la forêt du Salbert. Les corps furent ensuite jetés dans cinq fosses et ne seront découverts que trois mois plus tard. Leur identification fut très difficile et même impossible pour deux d’entre eux.
Il est inhumé dans le cimetière de Brasse, à Belfort (Territoire de Belfort).
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué comme soldat de la Résistance intérieure française (RIF) et "Déporté et interné résistant", dossier GR 16 P 375564 (non consulté).
Il reçut la Médaille de la Résistance à titre posthume par décret du 26 février 1974 (JO du 29/03/1974).
Son nom figure sur le monument aux morts, square du Souvenir, à Belfort, sur le monument commémoratif 1939-1945 à Evette-Salbert (Territoire de Belfort) et sur le monument aux morts et la plaque commémorative au cimetière, à Fresse (Haute-Saône).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article230101, notice LOMBARD Lucien, Anatole par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 12 juillet 2020, dernière modification le 23 juin 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Valdoie 1944 : sur les chemins de la liberté Les tombes du Salbert.— Franceinfo3 bourgogne franche-comté Histoire d’un lieu : les croix du Salbert.— Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément