FAVARD Roger, Maurice, Joseph

Par Michel Thébault

Né le 28 juillet 1918 à Montmorillon (Vienne), mort en action le 5 septembre 1944 à Poitiers (Vienne) ; pâtissier ; résistant AS maquis Jean.

Roger Favard était le fils de Joseph, Eugène Favard, charron (né le 29 mai 1890 à Saulgé, Vienne) et de Noémie Chaboisseau (née le 22 octobre 1896 à Montmorillon). Ses parents s’étaient mariés le 24 octobre 1917 à Montmorillon, alors que son père mobilisé, était soldat armurier au centre de mitrailleuses de Poitiers. Roger Favard naquit le 28 juillet 1918 en même temps qu’une sœur jumelle Gisèle, Suzanne, Alice. A 18 ans, au recensement de Montmorillon de 1936, il était ouvrier pâtissier chez M. Dejoie patron pâtissier route de Chauvigny. Sa sœur jumelle Suzanne était bonne dans la même maison. Il se maria à Montmorillon le 16 novembre 1940 avec Quinta Tullio. Il était en 1944 domicilié avec son épouse 9 rue Solférino à Montmorillon.

Il s’engagea dans la résistance rejoignant dans le secteur de Montmorillon, sur la commune de Saulgé, le maquis Jean, (appelé jusqu’au 8 août 1944 le maquis La Chouette). Le 15 août 1944 il fut intégré à l’État-major FFI de la Vienne avec le grade de sergent sous les ordres du capitaine Julot.

Poitiers servit pendant toute la fin du mois d’août et les premiers jours de septembre, d’étape et de cantonnement provisoire pour les forces allemandes en retraite et leurs collaborateurs. L’évacuation vers l’est à partir du 26 août (Roger Picard op. cit) de la légion hindoue, et du groupement de marche du sud-ouest, qui réunissait environ 25 500 hommes sous les ordres du général Botho Elster fut ponctuée de violences et d’exactions. Les Allemands commencèrent à quitter Poitiers le 26 août 1944 et les derniers éléments partirent de la ville le 4 septembre. Les maquisards FFI entrèrent dans la ville le 5 septembre, le maquis Jean venant s’installer à la caserne sainte-Catherine et à l’Ecole Normale de Jeunes Filles.
Son dossier AVCC indique que Roger Favard fut « mortellement blessé le 5 septembre 1944 lors des opérations de nettoyage de la Vienne ». Cette formulation cache peut-être, cependant, un accident. Grièvement blessé à la tête par balles, il fut transporté à l’Hôtel Dieu de Poitiers où il décéda le soir même à 20 heures 20. Il fut inhumé à Montmorillon où il repose depuis lors.

Il obtint la mention mort pour la France le 29 décembre 1955 et fut homologué FFI avec le grade de sergent. Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Montmorillon.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article230352, notice FAVARD Roger, Maurice, Joseph par Michel Thébault, version mise en ligne le 19 juillet 2020, dernière modification le 31 mars 2021.

Par Michel Thébault

SOURCES : SHD Caen, dossier AVCC cote AC 21 P 182705 — Arch. Dép. Vienne (état civil, recensement) — Archives collectives des Forces françaises de l’intérieur (site Mémoire des Hommes) AS groupe Jean GR 19 P 86/12 — Roger Picard Hommes et combats du Poitou Ed. Martelle 1994 — Mémoire des Hommes — mémorial genweb — État civil mairie de Poitiers, registre des décès 1944 acte n° 825.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément