RENOUX Francis, Eugène

Par Jean-Jacques Doré

Né le 9 novembre 1896 au Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), mort à Dieppe (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) le 8 février 1957 ; employé de bureau puis facteur aux écritures des chemins de fer de l’État ; syndicaliste CGT de Dieppe.

Fils d’un matelot des douanes et d’une couturière, Francis Renoux était employé de bureau lorsqu’il fut mobilisé le 10 août 1916. Fait prisonnier à Ville (Oise) le 10 juin 1918, il fut interné à Soltau (Allemagne) puis rapatrié le 25 novembre 1918.

Marié à Vénérolles (Aisne) le 1er novembre 1919 avec Isabelle Collart, il intégra les chemins de fer de campagne de l’État à Dieppe le 20 mai 1920 comme facteur aux écritures.

Militant du syndicat confédéré (CGT) des Cheminots de Dieppe, il fut élu secrétaire adjoint le 6 mai 1933 ; André Lecoffre était secrétaire, René Girma (autre secrétaire adjoint), Jules Charbonnel (trésorier) et Henri Capé (archiviste). L’organisation comptait 288 adhérents et le syndicat unitaire (CGTU) 130.

Réélu en 1934 et 1935, il intégra comme secrétaire administratif le bureau issu de la fusion des syndicats confédéré et unitaire en octobre 1935 ; René Rouyer était secrétaire et Jules Charbonnel trésorier.

En 1929, Francis Renoux habitait chemin du golf à Dieppe.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article230532, notice RENOUX Francis, Eugène par Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 8 janvier 2021, dernière modification le 8 janvier 2021.

Par Jean-Jacques Doré

SOURCES : La Tribune des cheminots, organe de la Fédération nationale [CGT] des travailleurs des chemins de fer, 1er avril 1936 (Institut d’histoire sociale de la Fédération CGT des cheminots). — Notes de Louis Botella. — Arch. Dép. Seine-Maritime 10 MP 1410 Syndicats dissous avant 1936, État civil, Registre matricule militaire.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément