RODARIE Jean-Marie

Par Louis Botella

Mort au début de l’année 1929 ; sous-chef de gare ; syndicaliste CGT de l’Allier puis du Puy-de-Dôme..

Sous-chef de gare et secrétaire général du syndicat confédéré [CGT] des cheminots de Gannat, Jean-Marie Rodarie figura, en avril 1922, sur la liste des candidats présentés par la CGT lors de l’élection des membres du Conseil supérieur des chemins de fer. Il en fut de même en février 1925 et en janvier 1928. Il ne fut pas élu.

Depuis février 1926 au moins, Jean-Marie Rodarie était membre du bureau de la section technique des chefs de gare, chefs de stations et de haltes, facteurs chefs et intérimaires au sein de l’Union des syndicats confédérés [CGT] des cheminots du réseau du PLM (Paris-Lyon-Méditerranée).

Promu sous-chef de gare de 2e classe à Clermont-Ferrand, il fut signalé en mars 1928 comme étant trésorier adjoint du syndicat de ce centre ferroviaire.

Délégué du personnel depuis 1923, il mourut, probablement, en mars 1929.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article230775, notice RODARIE Jean-Marie par Louis Botella, version mise en ligne le 31 juillet 2020, dernière modification le 31 juillet 2020.

Par Louis Botella

SOURCE : La Tribune des cheminots, organe de la Fédération nationale [CGT] des travailleurs des chemins de fer, 1er avril 1922, 10 février 1925, 10 février, 10 juin 1926, 1er janvier, 1er février, 15 mars 1928, 1er avril 1929 (Institut d’histoire sociale de la Fédération CGT des cheminots).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément