ROUFFAUD Louis

Par Jean-Jacques Doré

Né le 4 octobre 1887 à Taizé-Aïzie à côté de Ruffec (Charente) ; cultivateur puis cheminot ; trésorier adjoint de l’Union départementale CGT de Charente en 1918 et 1919 ; secrétaire du syndicat CGT des Cheminots de Dieppe (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) en 1938 et 1939 ; communiste.

Fils d’un cultivateur, Louis Rouffaud, après son service militaire dans les chasseurs à pied du 8 octobre 1908 au 25 septembre 1910, entra à la Compagnie des chemins de fer de l’État comme nettoyeur à la gare d’Angoulême (Charente) le 7 février 1911. Mobilisé dans l’infanterie le 16 septembre 1914, il fut décoré de la Croix de guerre et de la Médaille militaire le 21 octobre 1914 assorties de la citation "Son capitaine tué, le chef de section blessé et le sergent tué par un obus dans une tranchée de première ligne, a assuré le commandement avec calme et sang froid et a maintenu ses hommes à leur poste sous un feu violent".

"Rendu à la disposition des chemins de fer" le 3 octobre 1916, il reprit son poste de nettoyeur à la gare d’Angoulême. Membre du bureau du syndicat CGT des Cheminots, il fut élu trésorier adjoint de l’Union départementale de Charente à l’issue du congrès tenu à Cognac le 7 juillet 1918. Le 24 février 1927, affecté au petit entretien à la gare Montparnasse (Paris), il obtint son retour en Charente à la gare de Ruffec (Charente) sur la ligne Paris-Bordeaux en 1929.

Muté à Dieppe en 1934, il ne tarda pas à s’insérer dans le tissus local. Militant communiste en vue du PCF et du syndicat unitaire (CGTU) des Cheminots, il fut élu secrétaire à la propagande de l’organisation CGT réunifiée en avril 1936. Le bureau élargi, dirigé par René Rouyer, comprenait treize membres et un porte-drapeau ! Il fallait gommer les susceptibilités et les rancœurs des 250 confédérés et des 130 unitaires qui s’unissaient.

Il fut élu secrétaire du syndicat le 4 avril 1938 puis confirmé à ce poste début 1939. Durant la guerre, il obtint sa mutation à la gare d’Angoulême.

Louis Rouffaud s’était marié à La-Tache (Charente) le 27 janvier 1912 avec Maria Vignaud, puis remarié à Ruffec le 15 septembre 1919 avec Marie Naud.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article230892, notice ROUFFAUD Louis par Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 29 décembre 2021, dernière modification le 2 janvier 2022.

Par Jean-Jacques Doré

SOURCES : La Tribune des cheminots, organe de la Fédération nationale [CGT] des travailleurs des chemins de fer, 1er avril 1936 (Institut d’histoire sociale de la Fédération CGT des cheminots). — Notes de Louis Botella. — Arch. dép. de Seine-Maritime 1 MP 343 Dossiers individuels des membres du PCF de L à Z. — Arch. de la sous-préfécture de Dieppe non classées. — Arch.Dép. Charente État civil, Matricule militaire.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément