PORCHER André, Lucien. Pseudo : Henri, Martin, capitaine André

Par Didier Alvarez

Né le 4 février 1921 à Paris (VIe arr.), mort le 28 juillet 1980 à Toulon (Var)  ; comptable ; résistant communiste, Front national, FTPF dans l’Aveyron et le Tarn ; maire adjoint de Vitry-sur-Seine.

Fils de Henri, Eugène Porcher, né le 30 novembre 1901 à Vitry-sur-Seine, mort en 1935, et Pauline Augustine Bionne. Il était titulaire d’un CEP et d’un BE d’urbanisme.
Marié avec Eveline (Bolchevina en Italie) Bergamini (dont le frère, Edmond, fut FTP), le couple eut ont un fils, Claude, né le 1er septembre 1940 à Béziers.
Il rejoignit le FN de la jeunesse en juillet 1941, il y fut chef de secteur, il organisa les premières manifestations d’étudiants à Paris de juillet et août 1941, puis les grèves de mai 1942 ainsi que les actions armées contre l’envahisseur.
Il fut identifié en 1942 par Masuy de l’Abwehr, et condamné à mort. Sa femme fut arrêtée et torturée par la Gestapo. Pour échapper aux Allemands, il quitta Paris et se déplaça dans diverses régions de la France.
Le 28 novembre 1943, sachant son fils et sa femme en sécurité, il s’engagea dans les FTP de l’Hérault (Matricule 41511), habita Albi et fit partie de l’état-major départemental FTPF. Il fut commissaire régional au recrutement (lieutenant) du Tarn et de l’Aveyron jusqu’à janvier 1944 puis commissaire régional aux effectifs jusqu’à juillet 1944 (capitaine FFI le 9 juin 1944, certificat no 16362, homologation 39562). Il est dans les Compagnies de FTP 4203,4205 et 4206.
Il s’occupait alors des maquis de Boynes, Cauvel, Villefranche de Panat, dans l’Aveyron, de Foissac, Abeyrac, Villefranche de Rouergue, Decazeville dans l’Aveyron, Bourgnounac et Lacaune dans le Tarn.
André Porcher participa à toutes les actions de sabotage et de destruction des FTP dans ces deux régions  :
- destruction du pont de Blaye (Blayes-les-Mines)
- en mars 1944, téléscopage de train à Tersac (Tarn), une machine et 30 wagons détruits.
- en mai 1944, déraillement de Sévérac-le-Château (Aveyron)
- en janvier, mars et mai, déraillement de la ligne Carmaux–Rodez
- effondrement de tunnels et déraillement des lignes Béziers, Millau, Sévérac, Rodez, Capdenac.
- sabotage et dynamitage des appareils d’extractions des houillères de Carnaux et de Decazeville.
- il prépare et commande l’attaque de la prison de Gaillac (Tarn) dans la nuit du 12 au 13 juin 1944 où furent libérés 43 détenus destinés à la déportation. La plupart rejoignirent les FTP (1er Bataillon de FTPF de l’Aveyron).
- il dirige le déclenchement de la grève insurrectionnelle des mineurs de Carnaux le 13 juillet 1944, avec occupation militaire des puits.
- attaque des garnisons allemandes de Carmaux, fin juillet 1944, et celle d’Albi du 19 au 22 Août.
À la libération, celui qui n’avait pas effectué son service militaire fut affecté à l’Etat-Major départemental du Tarn, adjoint à la police militaire.
Il écrit : « C’est en grand désordre que l’ennemi a fui les départements du Tarn et de l’Aveyron. Nous avions systématiquement coupé ses bases de ravitaillement en carburant et ses routes de repli. Dans cette heureuse opération, mon rôle fut celui d’un officier d’état-major. »
Il est ensuite envoyé en mission sur le front des Vosges en octobre et novembre 1944. Les FFI du corps Franc « Pommiès » sont rattachés le 11 septembre à la 1ère DB et engagés dans le sud-ouest des Vosges où il y eut un accident de circulation ; blessé, il fut rappelé et affecté à l’école régionale des cadres de Tarbes jusqu’en mai 1945. Il est démobilisé le 6 juin 1945. Il vivait alors 8 avenue de la République à Albi
Il est médaillé de la Résistance, décret du 14 juin 1946.
En 1947, André Porcher était secrétaire de la section communiste de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) et adjoint au Maire jusqu’en décembre 1948 sans qu’on connaisse la raison de ce départ. C’est Noémie Froment qui reprit ses fonctions.
Dans les années 50 ,il habitait à Vitry, 97 avenue PV Couturier.

Il décéda le 28 juillet 1980 à Toulon.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article230995, notice PORCHER André, Lucien. Pseudo : Henri, Martin, capitaine André par Didier Alvarez, version mise en ligne le 15 août 2020, dernière modification le 29 décembre 2021.

Par Didier Alvarez

SOURCES : SHD Vincennes GR 16P 486216. — George Sentis, 1er Bataillon de FTPF de l’Aveyron, op. cit.
(En attente APPP , dossier BS2. SHD Caen)…..

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément