GIRAULT Henry, Élie

Par Gauthier Langlois

Né le 23 septembre 1818 à Orléans (Loiret) ; marchand de fer et de vin à Montargis (Loiret) ; marié ; exilé à Jersey pour son opposition au coup d’État du 2 décembre 1851.

Fils de Louis Charles Girault et de Marie-Anne Émilie Bruère, il avait épousé, le 12 mai 1851, à Sancerre, Hortense Lauverjat, fille d’un marchand de vin.

Opposant au coup d’État du 2 décembre 1851, il fut condamné par la Commission mixte du Loiret à la déportation dans un bagne algérien, sur les motifs suivants : « Faisait partie des individus qui, le 6 décembre 1851, se réunirent chez Zanotte, marchèrent sur la Mairie et firent feu sur les gendarmes dont plusieurs furent blessés grièvement. Il était armé d’un fusil et criait aux armes. Affilié aux sociétés secrètes. »

Sa peine fut commuée en expulsion par décision du 31 mars 1852. Il se réfugia alors à Jersey d’où il fit une demande de grâce. Il fut autorisé à rentrer à son domicile par décision impériale du 31 décembre 1852.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article231003, notice GIRAULT Henry, Élie par Gauthier Langlois, version mise en ligne le 9 août 2020, dernière modification le 10 août 2020.

Par Gauthier Langlois

SOURCES : Benjamin Colin, Liste des proscrits de Jersey qui sont rentrés en France à la suite de demandes en grâce, s.l.n.d. [Jersey, 1853 ?]. — Jean-Claude Farcy, Rosine Fry, « Girault - Henry », Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851, Centre Georges Chevrier - (Université de Bourgogne/CNRS), [En ligne], mis en ligne le 27 août 2013.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément