COULOMB Urbain

Par Jean-Marie Guillon

Né le 20 juillet 1900 à Laval-Saint-Roman (Gard), exécuté le 28 juillet 1944 à Pont-Saint-Esprit (Gard) ; garde des Eaux et Forêts ; résistant.

Fils d’Étienne Coulomb, brigadier forestier, et d’Hortense Peyre, sans profession, marié à Barjac (Gard) le 28 octobre 1922 avec Léonore Raoux, Urbain Coulomb était lui aussi garde forestier. Résidant à Saint-Paulet-de-Caissons (Gard), il fut arrêté avec sa femme et son fils le 9 juillet 1944 à la maison forestière de Valbonne par des éléments de la 8e compagnie Brandebourg installés à Pont-Saint-Esprit. Son épouse soupçonnait Joseph Roman, maire de Saint-Laurent-de-Carnols (Gard), qui avait intégré cette unité de l’avoir dénoncé pour l’aide qu’il apportait aux maquis. Mais il aurait dénoncé par une femme qui aurait conduit les Brandebourg jusqu’à lui. Il fut incarcéré dans la citadelle de Pont-Saint-Esprit, interrogé et torturé. Il fut exécuté sur le pont du Rhône dans la nuit du 27 au 28 juillet en même temps que Raymond Chapus et Antonio Santos. Son corps fut retrouvé trois jours après dans le Rhône par des pêcheurs. Il avait été tué d’une balle dans la nuque.
Il fut décoré de la Médaille de la Résistance à titre posthume le 15 juin 1946.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article231057, notice COULOMB Urbain par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 9 août 2020, dernière modification le 28 septembre 2021.

Par Jean-Marie Guillon

SOURCES : Arch. Dép. Gard 3 U 7 285 (cour de justice du Gard, dossier Roman). — Site internet Mémoire des hommes SHD Vincennes GR 16 P 146413 (nc). ⎯ Aimé Vielzeuf, Au temps des longues nuits, Uzès, 1969, p. 245-246. — Renseignements Francis Barbe. ⎯ état civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément