TZELEPOGLOU Constantin dit Constant

Par Jean-Marie Guillon

Né le 27 janvier 1895 à Kirk-Kilisse (Grèce), exécuté le 24 août 1944 à Bourg-Saint-Andéol (Ardèche) ; médecin ; Forces françaises de l’Intérieur (FFI)

D’origine grecque, il était diplômé de la faculté de médecine de Montpellier (Hérault) et de celle de Paris. Marié avec Suzanne Dessale, sans profession, il exerçait à Bourg-Saint-Andéol où il était apprécié. Le Mémorial de la Résistance en Ardèche signale qu’il avait été « remarquable par son dévouement lors des opérations de secours aux victimes du bombardement » allié du 15 août 1944 qui fit cent-quarante-neuf victimes (et trois cents blessés). C’est sans doute pour échapper aux bombardements sur les ponts du Rhône qu’il s’était réfugié avec sa femme au château de Bellevue. Le 24 août, vers 21 heures 30, deux jeunes hommes, se disant maquisards, vinrent l’y appeler car l’un d’eux, se disant blessé, avait besoin de soins d’urgence. Méfiant peut-être, il répondit qu’il n’avait rien pour panser et qu’il fallait se rendre à l’hôpital, puis, se ravisant, estimant ne pouvoir les laisser partir ainsi, il accepta de les accompagner et fut abattu à coups de mitraillette à peine sorti dans son jardin. Les agresseurs tirèrent ensuite en direction de son épouse et des autres résidents du château. Cette façon de procéder portait la signature de la 8e compagnie du 3e régiment de la Division Brandebourg. Les éléments de cette compagnie basés à Pont-Saint-Esprit (Gard) s’étaient établis au château Chaigne, quartier de Vinsas, à Bourg-Saint-Andéol, alors que l’armée allemande se repliait le long de la vallée du Rhône.Sans doute, savait-on ce médecin favorable à la Résistance, mais son nom d’origine étrangère a probablement attiré l’attention des fanatiques xénophobes qui composaient une partie de cette unité. On ne peut que rapprocher son meurtre de celui du docteur Medvédowsky* dans le Vaucluse voisin.

Constantin Tzelepoglou fut décoré de la Médaille de la Résistance à titre posthume, le 13 octobre 1946. À Bourg-Saint-Andéol, une portion du quai longeant le Rhône porte son nom et celui-ci figure sur la stèle « aux victimes de la barbarie nazie » érigée après la Libération. Il se trouve aussi sur les plaques commémoratives de la faculté de médecine de Montpellier et de la Faculté de médecine Paris-Descartes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article231069, notice TZELEPOGLOU Constantin dit Constant par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 9 août 2020, dernière modification le 28 septembre 2021.

Par Jean-Marie Guillon

SOURCES : Arch. Dép. Gard, 3 U 7 206 (cour Justice de Nîmes, dossier Béraud). — Mémorial GenWeb — Site internet Mémoire des hommes SHD Caen AC 21 P 685033, AC 21 P 404227 et Vincennes GR 16 P 580673. — Mémorial de la Résistance en Ardèche, Aubenas, ANACR, 1994, p. 18.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément