CHARLUT André, Edouard

Par Jean Belin

Né le 28 novembre 1913 à Dijon, mort le 22 février 2005 à Dijon (Côte-d’Or) ; agent EDF-GDF ; syndicaliste CGT puis FO de Côte-d’Or.

Fils de Edouard Jules François Charlut, ouvrier d’entretien au dépôt de la Compagnie du PLM de Perrigny-lès-Dijon, et de Jeanne Clémentine Brossard, André Charlut, était employé comme apprenti à la Cie du PLM avant son incorporation d’octobre 1932 à octobre 1933. Il se retira chez ses parents au 57 rue Fg. Raines à Dijon et fut embauché à l’usine à Gaz, rue de Longvic à Dijon. Il participa à la grève de juin 1936 qui dura une journée dans son établissement. Ce fut à ce moment là qu’il s’engagea à la CGT. Après la guerre, son établissement intégra les entreprises gazières et électriques qui furent nationalisées.
André Charlut démissionna de la CGT en décembre 1947 pour suivre Georges Déprès et le groupe des amis de Force Ouvrière animé par Henry Aigueperse. Il devint secrétaire général du syndicat FO de l’énergie électrique et du gaz du centre de Dijon à la fin des années 1950. Mis en inactivité de service en juin 1968, il reprit sa carte à la CGT et fut membre du bureau des retraités et pensionnés d’EDF/GDF. André Charlut se maria à Marliens (Côte-d’Or) en 1941 avec Lucienne Hélène Bolotte. Il était domicilié à Dijon lors de son décès.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article231196, notice CHARLUT André, Edouard par Jean Belin, version mise en ligne le 14 août 2020, dernière modification le 14 août 2020.

Par Jean Belin

SOURCES : Arch. Dép. Côte-d’Or, arch. IHS CGT 21, fonds du syndicat d’EDF-GDF de Dijon. — Une semaine en Côte-d’Or, édition du 14 juillet 1963. — Arch. Dép. de Côte-d’Or, état civil, recensement de la population et fiche de recrutement militaire.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément