HINGUILDE MASEIRA Màximo alias « BAYETO »

Par André Balent

Né en 1906 à Obeiros (Galice, (Espagne) ; mort en action de combat le 21 août 1944 à Rimont (Ariège), résistant de l’Ariège ; combattant de l’AGE (Agrupación de guerrilleros españoles)

Le 21 août 1944, les 1er et 2e bataillons de la 3e brigade de l’AGE commandés par Pascual Gimeno arrivèrent à proximité de Rimont (Ariège), localité investie par le Marschgruppe formé à Saint-Gaudens (Haute-Garonne), renforcé par les effectifs allemands (supplétifs compris) de Saint-Girons (Ariège). Ils se livrèrent à des massacres de civils avant d’incendier le village. Leur objectif premier, avant de poursuivre vers l’est ou le sud était d’atteindre Foix libérée depuis l’avant-veille.
Les résistants espagnols venaient renforcer d’autres effectifs armés résistants (FTPF et, en moins grand nombre, AS et milices patriotiques).
Maximo Hinguilde alias « Bayeto » était posté avec un fusil-mitrailleur sur un hangar du hameau de Micassou. De cette position stratégique, il prenait en enfilade la RN 117 (aujourd’hui RD 117). Il put arroser les Allemands et Turkestanais avant de périr à son poste de tir.
D’après Ferran Sánchez Agustí, Hinguilde aurait été décoré de la Croix de guerre avec palmes. Le site Mémoire des hommes ne porte aucune mention de lui. Claude Depla, s’il en parle dans son livre (op. cit., p. 228) ne l’a pas consigné sur ses listes manuscrites de résistants tués au combat en Ariège.
Son nom figure avec l’orthographe erronée d’« Hingilde Maximo » sur la stèle de Castelnau-Durban commémorant les victimes de la Seconde Guerre mondiale, en particulier, celles tuées au combat ou massacrées les 21 et 22 août 1944 à Rimont, Castelnau-Durban et Durban-sur-Arize.

Rimont (Ariège) résistants morts au combat au exécutés

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article231309, notice HINGUILDE MASEIRA Màximo alias « BAYETO » par André Balent, version mise en ligne le 21 août 2020, dernière modification le 25 septembre 2020.

Par André Balent

SOURCES : Arch. dép. Ariège, 64 J 23, fonds Claude Delpla, listes de résistants exécutés ou morts en action de combat. — Claude Delpla, La libération de l’Ariège, postface d’Isabelle Delpla, Toulouse, Le Pas d’oiseau, 2019, 514 p. [p. 228]. — Narcís Falguera (dir.), Guérilleros en terre de France. Les républicains espagnols dans la Résistance française, Pantin, Le Temps des cerises, 2004, 316 p. [p. 122, 123]. — Ferran Sánchez Agustí, Maquis a Catalunya. De la invasió de la Vall d’Aran a la mort del Caracremada, Lérida, Pagès ediors, 1999, 393 p. [p. 54]. — Ferran Sánchez Agustí, Maquis en el Alto Aragón. La guerrilla española. La guerrilla en los Pirineos centrales (1944-1949), Lérida, Editorial Milenio, 2011, 391 p. [p. 20]. — Site Mémoire des hommes consulté le 18 août 2020 et le 15 septembre 2020.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément