JANELLI Saura, Marie [épouse LACAZE-JANELLI]

Par Jean Belin, Claude Pennetier

Née le 23 août 1933 à Dijon (Côte-d’Or) ; employée des PTT ; syndicaliste CGT et militante communiste de Côte-d’Or.

Quatrième d’une fratrie de huit enfants, fille de Pietro Ianelli, carrier, puis mineur et maçon, et d’Anna Bortolotti sa mère, les parents de Saura Janelli, immigrés italiens et communistes durent fuir le régime fasciste instauré par Mussolini. Ils s’installèrent à Crugey (Côte-d’Or) en 1929. Sa famille vint ensuite à Thury (Côte-d’Or) en 1942 et ses parents tinrent en gérance un restaurant bar populaire qui servit en même temps de cache pour les activités de résistants. Après la guerre, les dix membres de la famille s’installèrent à Dijon (Côte-d’Or) en 1946 dans une bicoque au 19 rue Léouzon-le-Duc, un quartier nommé « Nouméa », car il rassembla une population pauvre et issue de l’immigration. Le racisme compliqua leur intégration dans la ville et dans la vie. Saura Ianelli termina sa scolarité à Dijon. Elle était adhérente du mouvement des Vaillants et Vaillantes, créé en 1946 par l’Union de la Jeunesse Républicaine de France (UJRF), organisation issue des mouvements patriotiques de la Résistance.
Après la fin de sa scolarité en 1951, elle fut embauchée comme sténodactylo dans une entreprise dijonnaise avant de rentrer au service des Télécommunications de Dijon en juillet 1956 sur la même qualification. Elle fut nommée à la suite d’un concours, agent d’exploitation (AEX) aux Chèques Postaux de Dijon à compter du 11 février 1957. Elle fit ensuite toute sa carrière aux PTT dans cet établissement.
Saura Janelli fut déléguée pour l’Union des jeunes filles de France (U.J.F.F.) de Dijon au festival mondial de la jeunesse à Moscou du 28 juillet au 11 août 1957. Elle adhéra au Parti communiste en 1950 et participa à une école centrale d’un mois à Choisy-le-Roi (Seine, Val-de-Marne). Elue membre du bureau de la fédération du PCF lors de la 9e conférence fédérale en avril 1954, elle fut responsable de la commission femme. Elle quitta le bureau pour un dernier mandat au comité fédéral de la 17e conférence de 1967 à la 18e de mai 1968. Elle fut secrétaire de la section de Dijon Nord-Ouest du PCF en 1961 et de la cellule des chèques postaux la même année. Elle était déléguée pour la Côte-d’Or au XVIe congrès national qui se tint en mai 1961 à Saint-Denis (Seine, Seine-St-Denis).
A la suite d’incidents entre manifestants et la police, Saura Janelli fut inculpée le 17 octobre 1957 et jugée en correctionnel avec cinq autres militants lors d’une manifestation qui se tint à Dijon à l’appel du PCF pour la Paix en Algérie. A la suite de cette décision de justice, elle fut suspendue de fonction par l’administration des PTT du 17 octobre 1957 au 24 janvier 1958. Saura Janelli fut candidate pour son Parti aux élections cantonales de mars 2001 dans le canton de Pouilly-en-Auxois (Côte-d’Or). Elle recueillit 5,77% des voix au 1er tour.
Répondant à une sollicitation du ministère des PTT en août 1962, elle se rendit comme employé volontaire avec 24 autres collègues pour une mission de trois mois à Alger chèques afin de contribuer à la remise en marche normale de ce service complètement désorganisé par la fuite collective d’une grande partie du personnel européen.
Engagée à la CGT en 1957, Saura Janelli fut élue membre de la commission exécutive et du bureau du syndicat départemental des PTT de Côte-d’Or lors du 11e congrès de mars 1961. Elle devint membre du secrétariat du syndicat au congrès suivant en avril 1962 et secrétaire de la section syndicale des chèques postaux de Dijon de 1961 à 1965. Elle fut élue délégué du personnel dans sa catégorie lors des élections aux commissions administratives paritaires (CAP) des PTT en 1965 et en 1968.
Elle fut une des principales animatrices du mouvement de grève de mai juin 1968 aux Chèques postaux de Dijon aux côtés de sa belle sœur Marie Louise Yanelli et d’autres militants de l’établissement. Les grévistes n’occupaient pas les locaux, mais se réunissaient quotidiennement en assemblée générale dans une salle de l’immeuble et ce jusqu’au terme du conflit. Saura Janelli fut présente tous les jours pendant plus de quinze jours dans les piquets de grèves qui se tenaient à l’entrée des Chèques Postaux. Lors de la grève nationale des PTT en octobre et novembre 1974, elle fut à nouveau parmi les principales animatrices du conflit le plus long de l’histoire des PTT.
Sœur de Rosanne Harbelot, Lucien Ianelli, Jean Ianelli et Marcel Yannelli, tous militants communistes et engagés, Saura Janelli pratiqua l’escrime à l’ASPTT de Dijon et fut la première femme Maître d’Armes en France à enseigner l’épée, le fleuret et le sabre, les trois armes de l’escrime olympique. Admise à la retraite en août 1993, elle participe depuis à l’animation de l’amicale des vétérans du PCF de Côte-d’Or.
Mariée une première fois avec Marcel Genet, militant communiste avec lequel elle eut un fils, Patrick né en 1954, divorcée en 1956, elle se remaria le 1er juin 1978 à Fontaine-lès-Dijon (Côte-d’Or) avec Alain Guy Jean Lacaze, employé des PTT. Elle est domiciliée rue Porte du Bas à Châteauneuf-en-Auxois (Côte-d’Or).
Saura Janelli est dépositaire des archives du peintre Marcel Gault (1899-1989).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article231640, notice JANELLI Saura, Marie [épouse LACAZE-JANELLI] par Jean Belin, Claude Pennetier, version mise en ligne le 31 août 2020, dernière modification le 31 août 2020.

Par Jean Belin, Claude Pennetier

SOURCES : Arch. comité national du PCF, comités fédéraux. — Une semaine en Côte-d’Or, éditions des 14 septembre et 10 novembre 1957, du 3 septembre 1961, du 6 janvier 1963. — Arch. IHS CGT Côte-d’Or, fonds du syndicat des PTT. —Arch. Dép. de Côte-d’Or, état civil, recensement de la population. — Notes de Rachel Mazuy. — Renseignements fournis par Saura Janelli-Lacaze en août 2020. — Remplace la notice 89165 du 17 septembre 2010.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément