CARBONNEL Alexandre, Sauveur

Par Renaud Poulain-Argiolas

Né le 25 octobre 1923 à Port-de-Bouc (Bouches-du-Rhône), mort le 25 mars 1984 à Martigues (Bouches-du-Rhône) ; ajusteur-mécanicien ; militant communiste de Port-de-Bouc ; syndicaliste, secrétaire du syndicat CGT de Saint-Gobain et de l’Union locale CGT ; résistant.

Alexandre Carbonnel à 20 ans
Alexandre Carbonnel à 20 ans
À Poligny (Jura) pendant un chantier de jeunesse, 25 octobre 1943.
[photo transmise par Giselle Leyrolles]

Alexandre Carbonnel, dit « Alex », rejoignit la Résistance début 1944 à Vergonghem (Haute-Loire). Il avait vingt ans. Son chef était un certain Decitre.
Jean Maurin, dit « capitaine Cobra », chef des maquis FFI de la 7e zone d’Auvergne, attesta en février 1947 qu’il avait appartenu à la 33e compagnie de Haute-Loire (puis "EM 7") du 30 mai 1944 au 31 octobre 1944, participant à des sabotages, à la défense du réduit de Saugues-Venteuges et aux combats de la Vachellerie.
D’abord stationné à Venteuges jusqu’au 11 juin, son chef était un certain Gaubens dit « Dac ». Par la suite il fut successivement actif à Berbezit jusqu’à la fin du mois de juin, à Lorlanges sous la direction de Maurin jusqu’au 14 juillet, à Saint-Beauzire jusqu’à la mi-septembre et dans les environs de Vaumas jusqu’à la fin du mois d’octobre.

Le lieutenant-colonel Putz, commandant par délégation la 8e région militaire, signa un certificat d’appartenance aux FFI le concernant le 1er mars 1952. Il tenait compte de ses services allant du 1er juin au 22 août 1944 dans la 33e compagnie de Haute-Loire. À la Libération, Alexandre Carbonnel continua à servir dans sa formation, devenue la 6e compagnie du 192e régiment d’infanterie, jusqu’au 31 octobre 1944, rentrant alors dans ses foyers.

Après la guerre, il fut membre du comité de section du PCF de Port-de-Bouc et participa activement à la vie de la cellule Jean Cristofol du quartier Tassy. En 1947, il était marié. D’après La Marseillaise, il fut également secrétaire du syndicat CGT de Saint-Gobain et de L’Union locale. En 1971, il épousa en secondes noces Pascaline Argiolas, qui fut responsable d’un cercle de l’UJFF de Port-de-Bouc dans l’après-guerre et militante du PCF.

Alexandre Carbonnel mourut au terme d’une longue maladie et fut inhumé au cimetière de Port-de Bouc.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article231715, notice CARBONNEL Alexandre, Sauveur par Renaud Poulain-Argiolas, version mise en ligne le 16 septembre 2020, dernière modification le 7 septembre 2022.

Par Renaud Poulain-Argiolas

Alexandre Carbonnel à 20 ans
Alexandre Carbonnel à 20 ans
À Poligny (Jura) pendant un chantier de jeunesse, 25 octobre 1943.
[photo transmise par Giselle Leyrolles]

SOURCES : SHD Vincennes, GR 16 P 105951. — Article nécrologique, La Marseillaise, mars 1984. — Site Généanet.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément