TAÏS Albert, Désiré

Par Louis Botella, Jean-Jacques Doré

Né le 5 février 1888 à Elbeuf (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), mort le 7 mai 1947 à Elbeuf ; tisseur ; secrétaire du syndicat CGT du Textile d’Elbeuf de 1927 à 1936 puis en 1939 ; socialiste.

Fils d’un tisseur et d’une épinceteuse, Albert Taïs reconstitua avec une trentaine de militants le syndicat confédéré (CGT) du Textile d’Elbeuf qui avait disparu début 1922 lorsque la majorité des militants avaient rejoint la CGTU. Élu secrétaire le 11 juin 1927, il était assisté de Marcel Legris (secrétaire adjoint), Marcel Trumel (Trésorier) et Roger Forgeot (trésorier adjoint). Réélu de 1928 à 1936, il fut rejoint par son épouse Clarisse qui prit en charge la trésorerie de l’organisation de 1928 à 1935.

Militant socialiste SFIO depuis 1919, il était trésorier adjoint de la section d’Elbeuf en 1928 et 1929 et siégea au conseil des prud’hommes à partir de novembre 1929.

La majorité de l’Union locale d’Elbeuf ayant rejoint la CGTU en 1922, les militants restés fidèle à la CGT, constituèrent, faute de militants, un Comité intersyndical que dirigea Charles Dubost jusqu’en 1931. Taïs fut son secrétaire adjoint à partir de 1928. En 1930, le Comité intersyndical groupait cinq syndicats et 150 militants, l’Habillement (10 adhérents), les Ouvriers boulangers (10 adhérents), le Textile (60 adhérents), les municipaux (40 adhérents) et la 171e section du Livre (30 adhérents).

La fusion avec les unitaires (CGTU) réalisée en décembre 1935, le bureau de la nouvelle Union locale CGT d’Elbeuf élu en janvier 1936 comprenait Eugène Honnet (confédéré) secrétaire, Edouard Charles (ex unitaire) secrétaire adjoint, André Neveu (ex unitaire) secrétaire adjoint, Julien Fleurant (ex unitaire) trésorier et Albert Taïs (confédéré) trésorier adjoint.

Trésorier adjoint de l’Union locale d’Elbeuf jusqu’en 1939 et trésorier du syndicat du Textile jusqu’en 1938, il fut élu à nouveau secrétaire le 11 mars 1939.

En 1941, il tenta sans succès de redonner vie au syndicat, mais en 1944, il fut le principal artisan de sa reconstruction. Albert Taïs fut alors trésorier permanent du syndicat de Textile et de l’Union locale de 1945 à 1947.

Élu conseiller municipal socialiste d’Elbeuf, il siégea au Comité consultatif de l’Office régional du travail à partir de mars 1945. La mort mit fin à son activité militante le 7 mai 1947.

Clarisse née Farine et Albert Taïs s’étaient mariés le 8 juin 1912 à Saint-Aubin-Jouxte-Boulleng (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) et ils habitaient 10 rue Saint-Amand à Elbeuf.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article231722, notice TAÏS Albert, Désiré par Louis Botella, Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 15 septembre 2020, dernière modification le 15 septembre 2020.

Par Louis Botella, Jean-Jacques Doré

SOURCES : Le Peuple, organe quotidien du syndicalisme, 16 novembre 1929, 3 février 1936 (BNF-Gallica). — Arch. Com. Rouen 7 F 3 Unions locales et affaires générales. — Arch. Dép. Seine-Maritime 1 MP 535 Manifestations politiques et syndicales, 1 MP 1123, 1 MP 1112, 4 MP 62. — Direction des affaires sociales de la préfecture, dossiers non versés aux archives. — État des syndicats de l’UD CGT en 1930 document transmis par Bernard Isaac secrétaire de l’Union départementale de Seine-Maritime de 1966 à 1995. — Ach. de l’UD CGT liasse CGT 1930-1935. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément