TEMPLIER Alcide

Par Louis Botella et Gilles Pichavant

Né le 29 septembre 1883 à Morlaix (Finistère), mort le 23 octobre 1955 au [Le] Relecq-Kerhuon (Finistère) ; facteur des Postes, puis receveur au (Le] Relecq-Kerhuon ; militant socialiste SFIO du Finistère ; militant laïque ; militant du sport travailliste.

Né le 29 septembre 1883 à Brest, Alcide Templier était le fils d’un agent de police de Brest. En 1902 il s’engagea pour 5 ans dans la marine nationale, où il suivit une formation de facteur télégraphiste. Libéré du service actif le 23 mai 1907, il passa quelques mois comme jeune facteur (auxiliaire) des télégraphes au Conquet (Finistère), avant d’être nommé facteur des Télégraphes à Bernay (Eure), en 1908. Le 27 juillet 1910, il fut affecté comme facteur rural à Tréflez (Finistère), puis fut nommé, en 1912, facteur-receveur à Hanvec (Finistère).

En 1914, étant affecté spécial comme facteur télégraphiste à la 11e région militaire à Quimper depuis le 1er mars 1910, il fut mobilisé dans le département. Passé dans le « droit commun », l’affectation spéciale ayant été supprimée, le 2 juin 1917, il fut affecté au 54e régiment d’infanterie. Le 3 novembre il fut passé au 46e RI. Il fut démobilisé le 4 mars 1919, et reprit son travail à Hanvec.

Le 26 juin 1920, il fut nommé au même grade au [Le] Relecq-Kerhuon. Le 4 et 5 janvier 1921, il passa l’examen spécial de receveur de 6e classe. Il fut reçu, et, en mars 1922, fut nommé receveur sur place, par suite de la transformation de l’établissement.

Militant socialiste, Alcide Templier fut à plusieurs reprises candidat aux élections municipales à Kerhuon. Le 30 novembre 1919, il fut candidat asur la liste d’Union des travailleurs conduite par Jean Autret. Il obtint 484 voix au 1er tour. En mai 1925, il fut élu sur la liste du Cartel des Gauches, conduite par François Bouguennec, Jean Autret conduisant la liste du Bloc ouvrier et Paysan. Au 1er tour des élections municipales de 1935, il obtint 484 voix sur la liste d’Union des Travailleurs soutenue par la SFIO et conduite par Jean Autret, mais aucun candidat de la liste ne fut élu.

Militant laïque, en 1928, il était le gérant de la cantine scolaire de l’école publique du Relecq-Kerhuon, pour la création de laquelle il avait souscrit en 1922. Dans les années 1930, il était le président du comité local d’action laïque, et participa à plusieurs congrès annuel du comité départemental d’action laïque. Officier d’académie en 1932, il obtint les palmes académiques en 1937.

Sapeur pompier volontaire, dans les années 1920, il fut le président des membres honoraires.

Dirigeant du Stade relecquois (1924, 1930), il fonda l’Union sportive ouvrière brestoise et relecquoise (USOBR) qu’il présida. Il en était toujours président en avril 1942.

En novembre 1907 Alicide Templier s’était marié avec Marie Le Vézo, sans profession. Il était le parrain de Louis Pallier, dont il s’occupa beaucoup. Il mourut le 23 octobre 1955 au Relecq-Kerhuon. En 1940 il habitait place de la Poype au Relecq-Kerhuon.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article231768, notice TEMPLIER Alcide par Louis Botella et Gilles Pichavant, version mise en ligne le 4 septembre 2020, dernière modification le 9 décembre 2020.

Par Louis Botella et Gilles Pichavant

SOURCE : Le Cri du peuple, organe hebdomadaire de la Fédération SFIO du Finistère, puis hebdomadaire socialiste, 4 mai 1935 (Arch. Dép. Finistère). — Ar Witionez (la Vérité), 6 octobre 1883, — Le Citoyen, 3 avril 1937. — La Défense et l’action laïque, avril 1937. — La Dépêche de Brest, 2 décembre 1919, 23 mars 1922, 14 août 1924, 14 juin 1926, 27 juillet 1928, 14 mars 1930, 6 mai 1925, 27 novembre 1926, 13 mai 1935, 31 mai 1938, 6 avril 1942. — Le Populaire, 21 janvier 1928. — Bulletin mensuel des Postes et Télégraphes, 1922 — Arch. Dép. du Finistère, Registre matricule classe 1903, Brest, N°500.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément