KERLEROUX Pierre, Marie

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 1er septembre 1908 à Brest (Finistère), mort en action le 9 septembre 1944 à Orchamps (Jura) ; militaire ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Pierre Kerleroux entra à l’École militaire d’infanterie de Saint-Maixent d’où il sortit Saint-cyrien dans la promotion "Tafilalet" (1931-1933). Il devint officier au 151e régiment d’infanterie le 15.1. Il était domicilié à Besançon (Doubs).
Il entra dans la Résistance aux Forces françaises de l’intérieur avec le pseudonyme Joanne et participa aux combats de la Libération avec le district Vauthier.
Le 9 septembre 1944 des FFI des districts de Dole, Poligny et Lons attaquèrent et anéantirent à Orchamps (Jura) des camions allemands chargés de munitions et de troupes mais perdirent deux hommes dont Pierre Kerleroux qui fut mortellement blessé dans l’après-midi. Les Allemands eurent une trentaine de morts.
Il est inhumé au cimetière communal des Chaprais, à Besançon (Doubs).
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué au grade de capitaine des Forces Françaises de l’intérieur (FFI), dossiers du SHD de Vincennes GR 16 P 318591 et Caen AC 21 P 64908 (non consultés).
Son nom figure sur le monument aux morts et le monument de la Libération et sur le Livre d’Or des habitants de Besançon Morts pour la France, à Besançon, sur le monument aux morts et la plaque commémorative dans l’église, à Moncley (Doubs).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article231807, notice KERLEROUX Pierre, Marie par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 6 septembre 2020, dernière modification le 6 septembre 2020.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : François Marcot La Résistance dans le Jura, éditions Cêtre, Besançon, 1990.— André Robert Jura 1940-1944 Territoires de Résistance.— Mémoire des Hommes.— Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément