REGARD Paul, Léon

Par Michel Germain

Né le 4 novembre 1908 à Feigères (Haute-Savoie), exécuté sommairement le 8 juillet 1944 à Ville-la-Grand (Haute-Savoie) ; douanier ; homologué résistant.

Paul Regard était le fils de Gédéon Regard et d’Albertine Villeneuve. Préposé aux douanes, il habitait Chênex (Haute-Savoie) au moment des faits relatés ci-dessous. Son activité dans la Résistance reste à documenter à partir de ses dossiers au SHD.
Le vendredi 30 juin, Paul Regard, Félix Debore* et Rollandez, tous trois douaniers, partirent en mission le long de la frontière alors que la nuit était orageuse. Ils furent interceptés par une patrouille allemande de la douane d’Annemasse et violemment questionnés sur leur présence de nuit si près des barbelés et sur leur action. Rollandez, qui avait du pain dans son sac, s’en sortit en évoquant le ravitaillement. Félix et Paul furent emmenés au Pax et incarcérés sous les numéros 644 et 645.
Le samedi 8 juillet, avant le lever du jour, les Allemands sortirent de leurs prisons quatre hommes Paul Regard, Félix Debore*, Julien Duparc* et Henri Jaccaz* et deux femmes, Marianne Cohn* et Marie Louise Perrin*. Tandis que les hommes creusaient leurs tombes sous la menace des mitraillettes, les femmes furent dénudées, violentées et probablement violées.
Le préposé des douanes, Paul Regard, fut assassiné au fond du Bois de Rosses au lieu-dit La Râpe (Ville-la-Grand). Il était 5 heures 30 du matin. C’est Albert Vidonne, employé à la S.N.C.F., qui découvrit les corps. (Mémorial de l’oppression 3808 W 1382).
Le 2 septembre 1944, Ruche, chef de secteur AS de Saint-Julien-en-Genevois, informa le commandant Nizier de la découverte d’une fosse commune à Ville-la-Grand comportant 4 corps d’hommes appartenant au secteur de Saint-Julien et lui annonça des obsèques officielles pour le jeudi 7 septembre.
Paul Regard fut reconnu « Mort pour la France » le 15 juin 1945 (dossiers n° 53 306 et 86 216) et homologué Interné résistant. Il figure sur le monument aux morts de Feigères. Une modeste borne a été dressée dans le bois du drame et une stèle plus conséquente a été érigée au bord de la route, ainsi qu’une autre à l’arrière de la mairie de Ville-la-Grand, (stèle où il est prénommé Jean-Léon). D’autre part, une stèle érigée sur la place du village de Chênex, où habitait son épouse, rappelle son martyr, ainsi que ceux de Félix Debore et Lucien Glatigny*.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article231843, notice REGARD Paul, Léon par Michel Germain , version mise en ligne le 7 septembre 2020, dernière modification le 7 septembre 2020.

Par Michel Germain

SOURCES : Michel Germain, Haute-Savoie Rebelle et martyre, Mémorial de la Seconde guerre mondiale en Haute-Savoie, La Fontaine de Siloé, 2009. — Mémoire des Hommes. — Service historique de la Défense, Vincennes GR 16 P 503202 et Caen SHD/ AC 21 P 648973 (nc).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément