VIARD Marcel, Roger

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 14 février 1923 à Lons-le-Saunier (Jura), exécuté sommairement le 5 août 1944 à Crotenay (Jura) ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Marcel Viard était le fils de Émile Lazare, chauffeur et de Julie Angèle Pommier. Il était célibataire et domicilié à Crotenay.
Le 5 août 1944 vers quinze heures, les Allemands investirent Crotenay et raflèrent une cinquantaine de personnes qu’ils alignèrent le long du mur de la scierie Pouillard, dont le camion était emprunté toutes les nuits par les maquisards pour aller faire des sabotages. Les otages durent rester pendant quatre heures les mains en l’air avant d’être libérés.
Le fermier Eugène Reverchon qui cachait des munitions dans sa grange fut arrêté et son fils conduit devant la ferme de Gabriel Petot en face du café Ayel.
Albert Reverchon fut arrêté dans le café de sa mère à la suite de la découverte d’un pistolet maladroitement caché derrière le poste de TSF du café par un résistant qui se trouvait dans la salle du café. Deux maquisards dont l’un était Marcel Viard furent surpris dans le village et arrêtés également et les quatre hommes furent fusillés à 17 heures devant le café qui fut ensuite incendié ainsi que la ferme contigüe. Deux autres personnes furent déportées.
Il est inhumé dans le carré des corps restitués au cimetière communal, à Lons-le-Saunier.
Il obtint la mention « Mort pour la France » portée sur l’acte de décès et fut homologué comme soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI), dossier SHD Vincennes GR 16 P 592398 (nc).
Son nom figure sur le monument aux morts, à Lons-le-Saunier (Jura).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article231846, notice VIARD Marcel, Roger par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 7 septembre 2020, dernière modification le 8 septembre 2020.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Mémoire des Hommes.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément