DUDACH Armand, Marcel

Par Claude Pennetier

Né le 24 mars 1904 à Paris (XIe arr.), mort le 2 décembre 1982 à Créteil (Val-de-Marne) ; chauffeur ; militant communiste ; conseiller général de Saint-Maur-des-Fossés (Seine, Val-de-Marne) de 1951 à 1959.

Armand Dudach, candidat aux élections législatives de 1962 à Saint-Maur-Créteil-Bonneuil
Armand Dudach, candidat aux élections législatives de 1962 à Saint-Maur-Créteil-Bonneuil

Fils de Léontine Franssens, couturière (devenue ménagère), et de Marcel Dudach, artisan monteur en bronze, membre du Parti communiste, frère aîné de Georges Dudach* (militant communiste fusillé), Armand Dudach se maria à Saint-Maur-des-Fossés le 28 février 1925 avec Juliette Monfourny, sans profession. Il adhéra au Parti communiste en 1934 et y milita activement avant la Seconde Guerre mondiale comme membre du comité de rayon de Saint-Maur-des-Fossès et secrétaire du groupe sportif FSGT de cette ville.

Prisonnier de guerre, il s’évada deux fois et fut titulaire de la médaille des évadés. Dans les années 1950, il fit partie de la commission permanente de l’Office des anciens combattants et victimes de guerre de la Seine.

Chauffeur-camionneur, il fut candidat au conseil général à partir de 1945 et succéda à Robert Deloche* en 1951, démissionnaire puis exclu. Conseiller général du 1er secteur de la Seine de 1951 à 1959, Armand Dudach siégea au conseil municipal de Saint-Maur-des-Fossés comme maire adjoint et conseiller, de 1947 à 1959, et fut désigné comme troisième adjoint au maire le 6 mai 1953. Dudach fut tête de liste aux élections municipales de 1965 (liste d’Union de la gauche). Il dirigea sans succès les listes communistes de 1959 à Saint-Maur-des-Fossés et aux élections partielles de 27 mai et 3 juin 1962. Il avait d’ailleurs été battu aux élections cantonales de 1959 par un homme du centre droit, Charles Julien, dans le 42e secteur de la Seine (Saint-Maur-des-Fossés, Créteil, Bonneuil-sur-Marne), puis aux élections de 1967 dans le canton de Saint-Maur-des-Fossés centre. L’évolution sociologique et électorale de sa ville (il habitait 29 rue Lalande à Saint-Maur) ne lui était guère favorable et le centre de gravité de la vie communiste se déplaça vers la seule municipalité communiste, Bonneuil-sur-Marne, puis vers la ville préfecture, Créteil.

Lors des élections législatives de 1956, il avait participé à la liste communiste menée par Maurice Thorez* dans la 4e section de la Seine. Il n’eut pas plus de chance aux législatives de 1958 et de 1962 dans la 48e circonscription de la Seine et à celles de 1967 dans la 5e circonscription du Val-de-Marne.
L’Humanité du 4 décembre 1982 annonça son décès. Il était père d’une fille, Raymonde (née en 1925), mécanicienne.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article23191, notice DUDACH Armand, Marcel par Claude Pennetier, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 27 octobre 2009.

Par Claude Pennetier

Armand Dudach, candidat aux élections législatives de 1962 à Saint-Maur-Créteil-Bonneuil
Armand Dudach, candidat aux élections législatives de 1962 à Saint-Maur-Créteil-Bonneuil

SOURCES : Arch. Dép. Val-de-Marne, 1 Mi 2426. (voir Georges Dudach*). — Arch. Dép. Paris (ancienne Seine), 1027 W 21 et D3M2 40. — Arch. Com. Saint-Maur-des-Fossés, séries 3K (1946) et 1F4 (1946). — L’Humanité, 4 décembre 1982. — Philippe Nivet, Les assemblées parisiennes de 1935 à 1953, IHTP, septembre 1995. — État civil de Paris (XIe arr.).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément