ROSSILLON Louis

Par Michel Germain

Né le 30 septembre 1883 à Mieussy (Haute-Savoie), massacré le 23 juillet 1944 à Saint-Gingolph (Haute-Savoie) ; prêtre ; victime civile.

Louis Rossillon était le fils de Jean Rossillon et de son épouse Philomène Berthier. Il entra au séminaire et devint prêtre. En 1944, le révérend abbé Louis Rossillon est curé de la paroisse franco-suisse de Saint-Gingolph (Haute-Savoie).
Le dimanche 23 juillet 1944, après l’attaque, la veille, du poste frontière de Saint-Gingolph par les maquisards de la compagnie F.T.P. 93-21 de Cyrille Lazare, les troupes allemandes investirent le bourg.
Une grande partie de la population se réfugia en Suisse. Toute la partie supérieure de la commune fut incendiée. Le bourg vécut un épouvantable drame. Plusieurs personnes furent arrêtées. Certaines seront déportées. (Lire la thèse de Pauline Canova (Lausanne 1997). Six otages furent fusillés : René Boch* et sa fille Arlette*, Elie Derivaz*, Henri Rinolfi*, Louis Veyan* et l’abbé Rossillon. André Zénoni a écrit dans son livre de mémoires paru en 1994 : « Ancien combattant de 14 -18 (il) est lâchement assassiné par les SS de Hitler dans la cour de la gendarmerie par rafales de mitraillettes tirées à bout portant dans la nuque. Nous l’avons découvert le jour de la libération du village, le 16 août 1944, face contre terre recouvert de 30 centimètres de terre la nuque sectionnée ». (Mémorial de l’oppression 3808 W 1498).
L’abbé Rossillon fut reconnu « Mort pour la France » le 16 juillet 1945. Une plaque et un monument rappellent le drame. D’autre part, une stèle, avec sa photographie, élevée à l’entrée du village à l’endroit même où il fut abattu, renferme une urne qui contient la terre imbibée de son sang. Le village de Mieussy qui l’a vu naître l’a inscrit sur son monument aux morts.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article231919, notice ROSSILLON Louis par Michel Germain , version mise en ligne le 9 septembre 2020, dernière modification le 9 septembre 2020.

Par Michel Germain

SOURCES : Michel Germain, Haute-Savoie Rebelle et martyre, Mémorial de la Seconde guerre mondiale en Haute-Savoie, La Fontaine de Siloé, 2009. — MémorialGenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément