LIMARE Louis, Honoré, Gaston

Par Jean-Jacques Doré

Né le 10 décembre 1892 à Graville-Sainte-Honorine (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), mort au Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) le 30 juillet 1945 ; charpentier en navire ; secrétaire adjoint du syndicat unitaire (CGTU) des Métaux du Havre de décembre 1922 au 3 juin 1923.

Fils d’un huilier et d’une ménagère, Louis Limare se vit dresser un procès- verbal le 13 juillet 1920 pour avoir accroché un drapeau rouge à sa fenêtre.

Membre du CSR du Havre dès sa création le 28 décembre 1920, puis de la SFIC (Parti communiste) l’année suivante, il faisait partie de la garde rapprochée qui entourait le secrétaire du syndicat des Métaux, Henri Quesnel. Les Comités syndicalistes révolutionnaires (CSR) avaient été organisés à l’issue du congrès confédéral de Lyon (septembre 1919) par les minoritaires de la CGT qui pronaient l’adhésion à la IIIe Internationale. L’objectif était de conquérir les directions des Fédérations, Unions et syndicats.

Membre du comité de grève lors du grand mouvement (111 jours) des métallurgistes du Havre, il fut arrêté à la salle Franklin le soir de l’échauffourée sanglante du 26 août 1922. Libéré au bout d’un mois, il fut élu le 13 décembre 1922, secrétaire adjoint du syndicat unitaire (CGTU) des Métaux du Havre ; le bureau comprenait, en outre, Henri Quesnel (secrétaire), Alexandre Coquerel (trésorier) et Joseph Dupré (trésorier adjoint).

Réélu en mars 1923, solidaire avec Henri Quesnel, il le suivit lorsqu’il démissionna le 3 juin 1923 ; resté comme lui profondément anarcho-syndicaliste, il quitta le Parti communiste peu après et cessa de militer.

Inscrit au carnet B de la Seine-Inférieure en février 1923, un rapport du 31 mars 1940 précisait qu’il était mobilisé dans l’infanterie à Cherbourg (Manche).

Louis Limare habitait 93 rue Hélène au Havre en 1921.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article231922, notice LIMARE Louis, Honoré, Gaston par Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 10 septembre 2020, dernière modification le 10 septembre 2020.

Par Jean-Jacques Doré

SOURCES : Arch. dép. Seine-Maritime 10 MP 1410 bis syndicats dissous après 1936, 1 MP 611 Radiés du carnet B, 10 MP 1032. — Numéro spécial de "Vérités" sur la grande grève des métallos du Havre en 1922. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément