CISSÉ Cheikou

Par Pierre Baudrier

Né en 1890 à Chorboze (Soudan français), mort en 1933 en Nouvelle Calédonie où il était déporté ; Soudanais anticolonialiste au début du XXe siècle.

Tirailleur né au Soudan français, Cheikou Cissé il fut recruté en octobre 1914 dans le 4e régiment de tirailleurs sénégalais. Blessé au Maroc et aux Dardannelles, il fut rapatrié au Sénégal en 1917 et fut contraint à y rester alors qu’il voulait rentrer chez lui, dans l’actuel Mali. Il fut arrêté le 17 octobre 1917 à Dakar pour « complot contre la sûreté de l’État » et « excitation à la guerre civile ». , et condamné en 1919 à la déportation à vie pour « complot contre la sûreté de l’État » et « incitation à la guerre civile ». Libéré, en 1931, alors qu’il était déporté en Nouvelle-Calédonie, il y mourut en 1933.
Les associations anticolonialistes, le Secours rouge international et André Marty organisèrent une campagne pour sa libération. Le ministre de la Guerre refusa par une lettre du 17 décembre 1925 la requête en grâce formulée par André Marty.

En 1932, le Secours rouge international le nomma président d’honneur. Sa mort fut signalé par la revue Le Cri des nègres (juillet-août 1933) et par L’Humanité.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article232022, notice CISSÉ Cheikou par Pierre Baudrier, version mise en ligne le 14 septembre 2020, dernière modification le 14 septembre 2020.

Par Pierre Baudrier

SOURCE : Alexandre Juster, L’histoire de la Nouvelle-Calédonie en 101 dates : 101 événements qui ont marqué le Caillou, Paris., Éd. de Moana, 2018, p. 44. — Bakari Kamian, Des tranchées de Verdun à l’église Saint-Bernard : 80000 combattants maliens au secours de la France, 1914-18 et 1939-1945, éd. Karthala, 2001, p. 143. — Wikipédia.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément