ALLEMANDI Marie-Antoinette

Par Daniel Grason

Née le 8 août 1915 à Nanterre (Seine, Hauts-de-Seine), morte le 24 février 1990 à Paris ; sous-chef de direction ; déportée à Ravensbrück (Allemagne) ; résistante des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Marie-Antoinette Allemandi vivait 12 rue Rodier à Paris (XIVe arr.), cadre supérieur elle était sous-chef de Direction. Elle fut arrêtée à son domicile le 23 mars 1943 par deux inspecteurs, l’un de la police nationale, l’autre de la BS1 des Renseignements généraux. Son logement fut perquisitionné sans résultat. Interrogée dans les locaux des Brigades spéciales, elle a ensuite été livrée aux allemands, incarcérée à la prison de Fresnes jusqu’au 27 avril 1943.
Internée au camp de Romainville le 26 octobre 1943, elle était le 30 janvier 1944 dans le convoi de 959 femmes qui partit de Compiègne à destination de Ravensbrück où elles arrivèrent le 3 février. Elle fit face aux épreuves, transférée le 16 avril 1944 au camp de Zwodau, elle fut libérée le 7 mai 1945.
Rentrée de déportation, elle habita 131 bis rue de Vaugirard à Paris (XVe arr.). Le 29 octobre 1945, Marie-Antoinette Allemandi témoigna devant une commission rogatoire, elle déclara : « J’ai été conduite à la Police nationale, rue Bassano, où j’ai été interrogée par le commissaire C… Deux jours après j’ai été transférée dans les locaux des Brigades spéciales des Renseignements généraux où j’ai été détenue pendant quinze jours. Après avoir passée une quinzaine de jours au dépôt, j’ai été remise aux Autorités allemandes qui m’ont incarcérée au camp de Romainville. »
« Je n’ai pas été victime de sévices pendant mon séjour aux Brigades spéciales. »
« Une perquisition négative a été effectuée à mon domicile. Il m’a été dérobé tout mon linge de corps, deux robes, un manteau, une paire de chaussures, quatre ou cinq volumes de luxe traitant de l’art et de la danse classique. »
Elle épousa le 9 novembre 1958 René, Georges Clastres à Paris. Marie Allemandi épouse Clastres a été homologuée combattante des Forces françaises de l’intérieur (FFI), et Déportée internée résistante (DIR).
Elle mourut le 24 février 1990 à Paris.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article232047, notice ALLEMANDI Marie-Antoinette par Daniel Grason, version mise en ligne le 14 septembre 2020, dernière modification le 14 septembre 2020.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo. 77 W 3117-292134. – Bureau Résistance GR 16 P 8928. – Livre-Mémorial, FMD, Éd. Tirésias, 2004. – Base FMD des Hauts-de-Seine. – État civil AD des Hauts-de-Seine E_NUM_NAN_N1915 acte n° 268, Site internet Match ID.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément